Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


Ukraine : Sauve "KIEV" peut !!!

Publié par Georges L. Zeter sur 24 Février 2014, 18:12pm

Catégories : #ECOLO-Un con-patible

 


 

ll-0001-copy.jpg

 

 

Chère Marianne,

Je devrais dire plutôt « dear Marianne », non ! Je n’ouvre pas une p’tite causette avec notre symbole républicain statufiée, « la Marianne », la bustée de nos mairies et autres salles des pas perdus, mais avec une Marianne d’outre Atlantique, je dirais même de la côte pacifique, qui, il se trouve est aussi Ukrainienne.

Donc,

dear Marianne, dear friend,

Aux vues de ce qui vient de se passer à Kiev, peut-on dire que la chose politique va dans le bon sens : un pays pacifié, une économie de marché, et non pas une corruption institutionnalisée ; de vraies élections, une ouverture vers l’ouest et des citoyens vivants décemment… Ouaip ! J’sens que ça va pédaler bien profundis dans le Kapusniak (potage à base de choucroute) dans les semaines à venir. Car, si je fais un petit retour en arrière…

 

Il y a 1 an, souviens toi nous parlions de Nestor Makhno, ce gars là un vrai héro à la cause pour l’indépendance de ton pays d’origine. Il a foutu la pâtée aux russes blancs, allié aux bolcheviques, avec son armée bien à lui de 50.000 hommes, cette armée est restée dans les livres d’histoire : la Makhnovchtchina.  Puis voyant où les rouges voulaient mener son pays, qui vivait une semi-indépendance depuis 1917, il se retournait contre eux et failli gagner et rendre l’Ukraine totalement libre vers 1920… Sauf que… (si intéressé par cette histoire, allez donc sur wikipédia).

 

Cela fait une paye que ce pays, ces Ukrainiens tantôt envahis par les Russes, les Allemands, les Autrichiens, les Ottomans, les… et j’en passe, peut-être les Martiens ? L'Ukraine a fait partie de l'Empire russe plus de 340 ans, puis, 70 ans chez les soviets. Zont subis le communisme, la famine organisée par cet assassin de Staline, les déportations en Sibérie, la chasse aux koulaks. En ce qui concerne les nazis c’est vachement ambigu : ce peuple détestait encore + Staline qu’Hitler… Entre le choléra et la peste quoi. Alors, lorsque les nazis envahirent en juin 1941 ils furent applaudis le long des routes, sauf que la consigne était d’exterminer. Certains Ukrainiens formèrent des régiments SS, et bien d’autres entrèrent dans le combat clandestin. Ce que je veux dire c’est qu’Hitler aurait pu gagner la guerre en ne se mettant pas à dos la population très remontée contre les soviets.  Mais, ça c’est une autre histoire.

Finalement, ouf, devenus « indépendants » en aout 1991. Total des courses : 3 ans + 13 ans = 16 ans d’état « libre » en 410 ans ! C’est certain, doit y avoir chez eux pas mal de comptes à régler en 2014…

 

La population : il y a tous les ingrédients pour une « guerre des Balkans 2 » ; voir le petit film ci-dessous ; c’est édifiants sans parler un mot du sabir local : ya de la haine plein les têtes, les poings. 

- Ukrainiens : 75,8 %, Ruthènes : 1,5%, Russes : 17,4 % et Roumains et Moldaves environ 5%. Sans compter environs 2 millions de personnes qui se considèrent « Cosaques »… Et 1,5 millions qui constitue la diaspora.

- Le pays compte une importante communauté musulmane estimée à 1,5 million de personnes (pour l'essentiel les Tatars de Crimée). L'ukrainien est la langue officielle mais treize autres langues minoritaires sont reconnues — dont le russe dominant à l'est du pays, à Odessa et en Crimée, mais comprise par la plupart des Ukrainiens.

 


film : Нападение на митинг в Керчи  

 

Voilà, plein de langues différentes, plein d’ethnies différentes, plein de ceux qui veulent être avec « les européens », plein de ceux qui veulent être avec les « ruskofs » et avec ça, des chrétiens cathos, orthodoxes et des musulmans…Quand je vous disais que l’on retrouve le cocktail mortel : croates, bosniaques et serbes… Et avec un autre pays comme « chef d’orchestre » qui fait monter la sauce… La Russie !

 

Et oui… Imaginons qu’un puissant pays limitrophe veuille à toutes forces intervenir dans le pataquès local, faire « jouer » les antagonismes et en tirer les marrons du feu ?  Là je me lance dans une hypothèse foldingue ?

 

Derrière tout ça imaginons encore qu’il y est le Kremlin, le Poutine tirant les ficelles depuis 1 décennie. C’est de la realpolitik god dammed me direz vous en ayant raison! L’Poutine veut pas que ce pays peuplé de 45 millions de moujiks, pays tampon avec l’Europe et ses frontières tombe dans le groupe Europe des 27… Alors… déjà on pourri les élections de 2004 et le candidat Viktor Iouchtchenko, leader de la révolution Orange est empoisonné à la dioxine, avec des traces très marquées sur son visage. Entre parenthèse le Kremlin est fortement soupçonné : Gleb Pavlovsky, le conseiller de Vladimir Poutine est suspecté à la suite d'écoutes téléphoniques, mais il dément toute implication dans l'affaire. N’oublions pas que Poutine est un ex colonel du KGB… Les chats font pas des chiens.  En + Viktor Iouchtchenko doit former un gouvernement d'union nationale qui est supposé combattre l'importante corruption qui mine le pays, et se rapprocher de l'Union européenne sans dégrader ses relations avec la Russie… C’est un peu comme jongler avec des grenades dégoupillées… Jouer à la roulette Russe. Et c’est là déjà qu’entre en scène la belle mais pragmatique, carriériste, ambitieuse Ioulia Timochenko. Elle est nommée 2 fois 1er ministre et 2 fois est renvoyée dans ses pénates. Des relations houleuses avec le président l’amène à se présenter aux élections présidentielles de 2010, et c’est là qu’entre en jeux ce cher Viktor Ianoukovytch ; rascal proclamé, pro russe. En fait pour comprendre l’histoire des 10 dernières années de l’Ukraine et  bien, c’est une danse des chaises à trois, à la manière de : Poutine/Medvedev et versa et visse: Viktor Ianoukovytch qu’a été 1er ministre, puis président est pro-européen mais aime bien la Russie.Viktor Iouchtchenko qu’a été 1er ministre, puis président est pro-russe. Ioulia Timochenko qu’a été 1er ministre, est pro-européenne, mais pas présidente, au lieu de ça, le 1er cité la colle en taule pendant 3 ans et en a fait une martyre ; haha ! faut rire !.

 

Tout ces joyeux drilles n’ont absolument pas enraillés la corruption, s’en sont mis plein les poches tout en vivant comme des nababs (datchas, jet privés, p’tites pépés) et ont conduit le pays dans un marasme « marasmant » !

 

En 2014,Viktor Iouchtchenko est le président en titre.

 

Le PEUPLE Ukrainien.

C’est lui qui en a chié des ronds de chapeau. Moi perso, j’ai une vraie admiration pour ces blondinets et blondinettes de l’est ; des vrais durs à cuir, pas des branleurs, du courage à revendre !  Mais, la situation : Pas de taf, pas de perspective, devant souvent émigrer, des salaires à 200 euros par mois, une prostitution galopante ventre à terre, une mafia qui dirige tout ce bordel. A la coupe d’Europe de foot, ce pays a été transformé en bourrodrome de buveurs de bière et en bocson version XXL. La honte, pour un peuple éduqué, fier, qui en a chié depuis des centuries. Alors…

 

Fallait bien de ça pète.

Allez savoir pourquoi, mais tous les grands méchants qui nous gouverne devraient jamais oublier ça : les révolutions sont la conjonction du raz le bol et du plus rien à perdre, faut juste une étincelle ; soudain la rue monte, monte et comme le tsunami, rien ne peut l’arrêter ! (Hollande, fais gaffe, ça te pend au nez).

 

Le président Viktor Iouchtchenko en novembre 2013 décide de refuser l'accord avec l'Union européenne et de « relancer » un dialogue actif avec Moscou.  Ben là, c’est cette fameuse goutte qui fait déborder le saladier à vodka et le vase de Soisson.

 

Sur la place de l’indépendance : Maïdan Nézalejnosti en jargon local, c’est le rassemblement. Des femmes, des jeunes, des hommes tous déterminés à mourir sur place, sur cette place. Pendant 2 mois c’est les affrontements avec les troupes de choc anti-émeute. Avec comme « apothéose » 80 manifestants tués par balle le jeudi 20 février 2014. C’est à cet instant que le président déchu Viktor Iouchtchenko s’envole d’un hélico de la capitale, c’est à cet instant, à mon avis que vraiment le drame Ukrainien se jouera dans les semaines à venir. 

 

Le bon peuple lui applaudi des deux mains, Ioulia Timochenko vient chialer du haut de sa chaise roulante, des grosses larmes de crocodile sur les « héros qu’on oubliera jamais » ; c’est la fin de cette révolte et dans la foulée la médaille d’or des coureuses de ski de fond aux jeux de Sotchi ; jeux russes, jeux de vilains à 50 milliards de dollares, jeux indécents… 

Chaque acteur prend sa place, se pose sur ses marques afin de jouer l’acte qui va suivre…

 

La Crimée

Un soir de 1963 alors que kroutchev était certainement bourré, il a rendu la Crimée à l’Ukraine ; erreur ! Seul accès à la mer noire pour la Russie… Alors croire une seconde que Poutine et ses potes oligarques vont laisser place nette. Haha da-da !  Mon tovarich va faire un tour chez les grecs. Et comme la Crimée est la partie orientale de l’Ukraine et que le président déchu y est réfugié… Et que la machine à décerveler des populations russophones est très remontées contre les « fascistes » pro-européens… Il va y avoir de l’action, du résiné. Et pis ya toujours l’option de couper le gaz naturel… Dans un pays où moins 25 au thermomètre est courant ; pas d’chauffage… Breuuu ! On se les caille et pis ça fait réfléchir le moujik.

 

Il faut bien se dire que Poutine, et son chienchien chihuahua Medvedev et le « gouvernement » est derrière tout ce bastringue, que : « on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs » et que pour un Poutine mégalo, quelques dizaines, centaines et même millions de morts ne signifie rien, juste un contre temps à sa volonté de prestige de « la grande Russie éternelle », de « c’est le retour de Pierre le Grand et de la grande Catherine » ; bref, les jeux olympiques sont finis, les athlètes dans leur boite pour 4 ans, alors, sortons les canons et place aux vrais jeux cette fois-ci, les jeux qui hachent menu & qui épandent le sang !

 

Vois-tu Marianne, dear friend, la pièce de théâtre mortifère est en place, le casting est complet : d’un coté y’a l’méchant, Viktor Ianoukovytch soutenant la Russie, porte parole de la « minorité » russophone Ukrainienne ; de l’autre, la « gentille » la Ioulia Timochenko soutenant la majorité Ukrainienne, qu’est pas néee de la dernière averse et qui va coiffer au poteau le boxeur de 2 mètres Wladimir Klitschko et d’autres branquignoles qui veulent le pouvoir ; la belle blonde elle, est côté « Europe ».

Vois-tu chère Marianne on dirait un match de football : les lignes sont tracées, les maillots sont enfilés, la balle est au centre, l’arbitre Monsieur Poutine va officier, les arbitres de touches sont venus d’Europe et de Russie, la rencontre peut commencer. Et le public ou plutôt « les » publics vont rejouer la guerre froide…  C’est un match sans temps mort.  Quant au vainqueur ?  C’est celui qui restera vivant.

 

Voilà chère Marianne, I hope you enjoyed my short letter.  

 

- Quant à ce que j’en pense… Mais non, pas Jean pense ! Ah ! ces belles Américaines qui se perdent dans l’humor French…

 

Yours sincerely,

 

Georges Zeter/Février 2014

 

Ps : «Bernard-Henri Lévy après un déplacement à Kiev, multiplie les interventions médiatiques sur la violente crise qui secoue l'Ukraine»

 

- Selon moi : VA-T-IL UN JOUR LA BOUCLER CE NAZE ???

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents