Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


Français Arnaqués, Levez-Vous !

Publié par Georges L. Zeter sur 20 Février 2015, 08:10am

Catégories : #xx

Français Arnaqués, Levez-Vous !

Ah, notre beau pays, avec ses monts, ses vals et ces veaux… Arnaqués 5 étoiles nous sommes la franchouille de base, et ce depuis Vercingétorix qui a mis sa culotte à l’envers en empoignant le vase de Soisson ; Ou… L’inverse ?

Voici quelques biscuits épars. Et un p'tit tour non exhaustif de ce que nous subissons, chaque jour sans avoir aucun recours, à part celui de fermer sa gueule sous peine de lourdes peines.

1) Les billets de navions: Laissez-moi-vous donner un bon tuyau afin de payer vos billets d'avion moins chers, tout en voyageant confortable. Allez sur Google in English, ensuite tapez : "buying airplane ticket". Comme sur Google France vous n'aurez que l'embarras du choix, sauf : Ce qui est bien aux U.S. c'est que le prix annoncé en dollars est le prix définitif. En France, grand pays de l'arnaque où les lois sont floues, floutées et filoutées, vous démarrez avec un tarif, qui enfle qui enfle au fur et à mesure de l'entrée de vos infos; des euros pour le dossier, des euros pour les bagages, des euros par ci par là et surtout des grosses sommes jusqu'à 100 euros pour le paiement par carte bancaire (alors que c'est le seul système proposé). Au final votre billet a enflé de 20 ou 30%.  Alors que sur les sites ricains: Déjà avec la différence dollars-euros c'est une bonne affaire, et ensuite, tous ces "à cotés" n'existant pas. L'an passé un billet à 718 euros Paris-Bangkok avec la compagnie nationale de Finlande, m'a couté 510 euros en achetant sur un site Américain.  Bref, à vous de voir et vous faire avoir ?

Acheter français dans un pays où les règles, les lois sont aux services des intérêts particuliers est une faute ; car, ici, le consommateur existe pour être plumé, détroussé et surtout ne pas compter sur les associations de consommateurs... Il faut s'inscrire, payer et avec comme résultats probant un gros nada pointé ; d’autant qu’il faudrait un miracle pour avoir une personne au bout du fil au cas, où, grand fou, vous téléphoneriez !

2) Tiens, parlons téléphonie: Lorsque je suis revenu en France en 2002, j'étais sur les fesses à la vue de l'arnaque des trois gangsters Bouygues, Orange et SFR qui squattaient le marché national; ça puait la grosse entente illicite sur les tarifs et tout ça avec l'assentiment du gouvernement, aucun français ne râlait à ma grande surprise, « c’est comme ça » disait le pékin. Il fallait en prendre pour deux ans de forfait et alors un méchant téléphone était "offert", ou soit, acheter l'appareil et le charger en 5, 10, 20 etc. euros. Les recharges avaient un temps de péremption, entre autre celles de 10 euros étaient bonnes 1 semaine. C’est-à-dire, même en n'utilisant pas cette recharge, au bout du temps imparti, et bien, oups, plus rien! Un vrai vol au coin du bois. Heureusement Saint Niel-Free arriva et foota un grand coup de pied au cul aux Bouygues, SFR, Orange (anciennement France télécom). Zont d'ailleurs pleurés comme des madeleines les 3 al Capone; Sniff, oui ! Du chômage, snif-sniff, oui, des licenciements, oui, des faillites, oui... En fait, au final la création dans le secteur de seize milles emplois! Dire que le Sarko pouvait pas blairer Niel est rien de le dire, mais fallait défendre la boutique de son pote l'âne bâté Martin-Bouygues.

Téléphone toujours: ah cette « exception culturelle française ». Des numéros verts gratuits, mais payants... Appeler une administration et c'est entre 8 centimes la minute à 0,30, à apprécier particulièrement à la CAF... Appeler n'importe quel business et se retrouver à composer un numéro qui commence par 08, payant et surtaxé; appeler des médecins qui sont sur liste et c'est 1,35 pour être connecté. Tout-tout est comme cela, le pays d’où on rançonne le citoyen lambda.

3) Les banques: La FPE (financière des paiements électroniques) Compte Nickel (remarquez qu'il y a nické dans le nom), et c'est le cas. Encore un truc pour se nourrir sur le dos des très nombreux pauvres. Pour ouvrir un compte c'est facile: une pièce d'identité dans un bureau de tabac (et le tabagisme passif alors?) et hop, l'étudiant, l'étranger, l'interdit bancaire à un compte et même une Master card. Chaque dépôt en cash coute 2% et chaque retrait: si c'est dans le bureau de tabac 0,5 ou 1 E en DAB. C'est hors de prix si vous additionnez tous ces euros par ci par là le long de l'année cela est le double des frais bancaires d'une vraie banque.

Il ne faut pas oublier, spécificité française le fameux 10 ou 15 euros minimum d'achat pour payer en carte bancaire... C'est unique sur la planète, et ça s'appelle de la vente forcée; d'autant qu'il n'y a aucune loi pour encadrer ce rackette imposé à une clientèle passive tétant le vô.

4) La Bouffe : D’abord faut savoir que + de 80% de ce qui est appelé communément « restaurant » et que je qualifierais moi de « stand à malbouffe cantoche-fantoche » sert un rata nommé « cuisine reconstituée », ouais ; ça sonne mieux que « congelés à la micro-onde ». Bien sûr le lobby des restaurateurs ou syndicat de la restauration a bloqué un système anglais bien pratique et efficace : feu rouge = congelé total – feu orange –fifty-fifty et feu vert 100% épluché et cuisiné sur place… Mais nous sommes en France, donc, un « label  gastronomique » bouche bée, bouchée trou, et hop, paye l’addition et va t’asseoir sur le trône des cabinets afin d’expectorer « ça ». Ne parlons pas de l’hygiène… En Californie c’est très simple : Il y a collé sur la porte une lettre allant de A à D.  Pour « A », c’est rutilant, propret, pour « D », ne soyez pas étonné d’avoir une gastro le jour suivant, après tout chacun est maitre de savoir ce qu’il ingurgite… Du moins ça devrait être le cas ? Et comme disait Chirac, y’a aussi l’odeur. Lorsque je passe devant certains « restaurants » et que certaines odeurs d’huiles rances, de rogatons saumâtres sentant le suint, sans parler d’odeurs d’égouts ; je me dis que le consommateur français à de la merde dans les narines (désolé pour ce trait un peu vif, merde quoi !)

Ré-Bouffe: La loi inflexible de la grande distribution. 80% et quelques de toute l’alimentation passe par les fourches caudines des quelques grands distributeurs. Les quelques chaines d'hypermarchés (ces gueux) font la pluie et le mauvais temps sur le producteur, bien souvent le mettant en faillite par son système à la limite mafieux mais légal: les gangsters eux au moins sont net et franc: y zi vont à coups de batte de baseball dans les genoux ou une balle dans la nuque. La grande distribution elle c'est plus tordu mais aussi efficace: elle "exige" une marge de 30 à 40 % sur les produits. Souvent les couts de productions ne peuvent dégager aucun bénéfice, et en + c'est encore la grande distribution qui rentre dans votre ferme, votre entreprise ou votre usine et se sentant chez elle, décide du cahier des charges, des normes de qualité, et impose sa façon de fabriquer au centimes près. C'est encore aux producteurs de payer la publicité ou les promotions sur le lieu de vente, c'est donc nous qui raquons encore pour la com., qui fera qu'à l'arrivée nous trinquons. NOUS, les sans dent, sans culotte-sans pantalon. 1- Car cela envoi au chômage des milliers d'employés, 2- Ces 30 ou 40% de marge sont absorbés par les consommateur, donc NOUS, 3- Ces familles possédant ces chaines de distribution sont presque toutes des refugiés fiscaux, soit en Suisse, soit en Belgique et ne payent donc pas d'impôt en France. C'est ti pas beau ça? Avec assez d'avocats, de lobbyistes et de politiques dans la manche, il est possible dans ce pays de vivre sur la bête sans trop se casser la nénette; d'autant que le bon peuple ce con, au lieu de boycotter, s'entasse tous les samedi sur les parkings de ces saloperies d'hyper-pépères marchés aux bestiaux pour acheter à prix d'or une bouffe dégueulasse qui rend les mômes obèses.

Allez, restons positif - positoir et rions zin peu

5) Tiens c'est cadeau ! La SNCF vous collera 5 euros d'amende si vous vous pointez et montez dans le train sans avoir imprimé votre billet... Si-si ! Avec simplement le code de résa c'est pas bon, faut avoir son imprimante sinon, passez à la caisse! Surréaliste non ?  Dans beaucoup d'endroit dans le monde le contrôleur (le pôvre) se ferait décapiter, chez nous, ben non, ça râle, mais il paie le gaulois il paie et braie.

6) Et le fin du fin : Un achat sur Internet à la FNAC de 46 €, alors que 46,50 € sont débité... Ces 0,50 € correspondent aux frais d'impression à domicile ! Donc le consommateur  imprime le billet chez lui  mais c'est à lui de supporter les frais. C'est même indiqué dans les conditions générale de la FNAC: "Les frais facturés correspondent au coût de génération du billet et du contrôle d'accès des billets imprimables à domicile."  Il n'y a qu'en France (du moins c'est mon expérience perso et j'ai vécu sur 4 continents) où on peut voir ça. Ce qui est étonnant est la passivité du public. Une population en coupe réglée tellement sous pression par tous ces lobbies, qu'elle a renoncée, que l'intelligence veut que "mieux vaut laisser tomber, ça ne sert à rien de se révolter" C'est certain, mes concitoyens n'ont plus la moelle de ceux de 89...  Que du sang de betterave j'vous dis, voila tout !

 

Alors, comme aurait dit Laurent BAFFIE: "l'escroc c'est une personne qui commence toutes ses phrases par "fais-moi confiance"; L'état français lui en utilisant son triptyque vachement au poil: "liberté" "égalité "fraternité" a oublié d'ajouter entre parenthèses :

J't'entube citoyen, et ce - Depuis la nuit des temps !

 

Georges Zeter/Février 2015

 

 

Un bon site, où ils ont besoin de volontaires: Réseau anti-arnaques - http://www.arnaques-infos.org/index.html

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents