Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


Week End Meurtrier : 2 MORTS !

Publié par GéZé Georges Zeter - Le Père-siffleur sur 29 Mai 2011, 11:52am

Catégories : #ECOLO-Un con-patible

Ouais, ça fait pas bézef si on compare avec la route, ou une contre manifestation du G20 ; mais bon ya morts et MORTS. Comme disait Shakespeare « Ce pays inconnu d'où nul voyageur ne revient... » ; Et pour lui répondre Montaigne lui balançait dans les dents « tous les jours vont à la mort, le dernier y arrive. » Ouais, le dernier…

 carrington_big.jpg

En cette belle fin de mai, à Mexico city est morte Leonora Carrington.  Elle avait 93 ans et continuait la peinture, sculpture et écriture  Pour ceux que ça fait pas gling-gling dans la tête, il faut savoir que c’était la dernière artiste vivante du mouvement des surréalistes du Paris des années 1930.  Une pointure donc. 

 250px-Gil_Scott_Heron_-_10-2-2009_San_Francisco-_Carofornia.jpg

Quelques milliers de km plus haut, à New York est mort presque au même moment Gil Scott Heron.  Pour les pouilleux ignares (je blague, te prends pas la tête !!) c’était le mec considéré comme l’un des pères du Rap, il avait 62 ans et malheureusement avait fait trop fort sur le crack et autres produits illicites.

Et moi en ce dimanche matin 29 mai 2011, je me sens une fois de plus orphelin d’artistes membres de mon petit cénacle de gens qui s’ils m’ont pas éduqués directement ont tout du moins sacrément influencés mon destin (spa, mon Léo Ferré) ; je vais donc passer un dimanche de merde et me réécouter qui son dernier album I'm New Here. Vous pouvez télécharger un morceau – Me and the Devil – sur Libé musique[1]ça vous donnera un avant gout de ce que fut cet homme et artiste talentueux.  Quant à la Leonora, je vous recommande une interviewe[2]où à 90 ans on la voit picoler de la Téquila et fumer comme une pompière.  Il lui restait drôlement du chien à cette vieille dame qui en son temps était un canon et avait copulée entre autre et amour avec Max Ernst (et là si vous ne le connaissez pas cui là et ben jetez vous à la flotte !)

Gil Scott Heron,  j’vais pas vous faire sa bio hum ! Zet capable d’aller sur Wiki ; simplement lorsqu’un simple quidam comme moi écrit concernant un grand MORT, c’est que derrière il y a une p’tite histoire ; bien modeste mais qui m’a marquée et c’est pour cela que je vous parle de l’HOMME.  Mes pérégrinations, au début des années 80 m’ont amenées à vivre dans la gross Apple, un soir, j’ai été invité dans une boite qui s’appelait « The Tube », les New Yorkais s’en souviennent car c’était l’endroit hip.  A l’affiche Mister Afrika Bambaataa un des 1er DJ au monde. Ce mec un ancien des Marines en poste en Allemagne n’avait pas trouvé mieux que de rapporter dans ses bagages le 33 tours des Kraffwork, un groupe de tecno boche.  Ce soir là nous entendions un remix étrange, je dois dire qu’on avait du mal à suivre la rythmique ; c’était du Rap mâtiné R&B.  Yes Man !  Et en plus en bonus, notre DJ des Marines fit le bœuf avec une black star locale grâce à son album « The Bottle » qui datait un peu quand même. J’ai nommé Gil Scott Heron !  Et voilà, c’est tout, j’ai eu le bol pour le prix d’une Budweiser d’entendre deux artistes qui resteront dans l’histoire de la zick. Ouais mon gars, pour 2 dols !

Leonora Carrington.  Elle je ne l’ai jamais croisé (j’aurais bien aimé, surtout lorsqu’elle était jeunette…) ; mais cette femme faisait parti d’un mouvement qui aujourd’hui encore dicte bien souvent mes actes et pensées ; le surréalisme, c’est une façon artistique, esthétique et incongrue de se foutre de la gueule de tout (c’est ma version). Les années fin 30 – 40 virent à Mexico l’émergence d’artistes locaux et importés cause seconde guéguerre mondiale. Elle fut l’amie de Frida Kalho, de Remedios Varo, de Dorothea Danning et aussi de Mister Big Diego Rivera ; rien que ça.  Sans compter qu’elle vécue à Paris dans les années 30 fut la maitresse de Max Ernst, l’amie de Meret Oppenheim, de Breton, Dali, Man Ray et Modigliani.  Tous ces nommés je les porte en moi car ils ont et continues d’influer sur nous, cancre du 21ème que vous le vouliez ou non ; Non ce n’est pas une pipe ! Nom de non !

geisha-surrealiste.jpgLorsque certaines personnes font le grand plongeon, quelque part sur cette planète des gens  comme moi ont un coup au cœur, comme si un vieux cousin éloigné nous quittait ; il nous rappelait notre jeunesse et les moments qu’il nous avait donnés.  Maintenant, je le sens, les jours vont passer et ces deux là, comme tant d’autres et bien tomberont dans les limbes de l’oublie sidérale.  C’est pour cela qu’au moins en ce dimanche matin je leur adresse un coup de chapeau additionné d’un triple salto arrière en trinquant d’un coup de Téquila ; quant au Crack je passe…

« Je demande, pour ma part, à être conduit au cimetière dans une voiture de déménagement. »   André Breton[3]

 

 

 

GéZé, Georges Zeter, le père siffleur. Mai/2011

 

 

 

 



[2] http://vimeo.com/10760131- LEONORA CARRINGTON by Pamela Robertson-Pearce

[3] Extrait du Manifeste du surréalisme

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents