Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


NOT PRESIDENT QU’ON PEUT PAS ENCADRER

Publié par Zeter George - Le Père-siffleur sur 21 Mai 2010, 07:40am

Catégories : #Un Con-Pétant!

photo-NOT-PRESIDENT-QU-ON-PEUT-PAS-ENCADRER.jpg

Car in-encadrable tout simplement...

  Faut dire que depuis presque 40 ans, après un Giscard, faux nobliau/vrai corniaud qui commet à 80 balais un bouquin soit disant d’historiettes d’amuur avec Lady Di (l’est académicien en plus !) ; un Mitterrand-bourge aussi socialiste que moi tiger Wood qui de sa lèvre lippue laissait tomber les grâces et les disgrâces – Val de grâce sous l’œil énamouré d’un Jacques Attali Lang pendante ; un Chirac jouisseur invétéré, buveur, bouffeur, hédoniste et trousseur de tout ce qui bouge ; certainement le plus Sumotori-franchouillard de nos présidents, mais un pique assiette de première bourre (l’est encore cher Hariri après 3 ans de squat !) ; et enfin le petiot qui rentre pas dans les cadres... Ne pensez vous pas que ce peuple devrait se prendre des pieds au cul plus souvent qu’à son tour ? Car avec ces 4 gugusses et ben je n’aurais pas voulu traverser l’Atlantique en solitaire avec eux... Tu te retrouves à te faire bouffer par les requins, Non ! Pas ceux dans la flotte banane ! Mais ceux dans l’bateau.

 

Ouais, ça fait 3 ans qu’on se le supporte not président de tous les français de droite.  On a du bol c’est le sauveur de tout, de tout le monde sans parler des autres galaxies ; du climat qui déconne jusqu’à la déconnade de Copenhague ; du G20 au point « G » ; de la Géorgie en passant par les otages Bulgares, de la Colombie en passant chez Betancourt et ses Farcs et satrapes ; de Arnault à Bolloré ; l’Europe et ses Euros merdiques, les banques sans lui seraient en faillite, les traders depuis d’ailleurs serrent les fesses juste qu’en prononçant son nom !  L’est trop balèze ce président poils aux dents, et nous ceux qui sont pas de droite on ne comprend rien n’à rien de cette présidence exceptionnelle qui traversera les siècles des siècles.  Bon d’accord, le déficit a explosé, aujourd’hui on y va par centaines de milliards alors qu’avant les 3 pieds nickelés y allaient en dizaines de milliards et en plus en francs ; des p’tits joueurs quoi. Lui not Sarko y va à fond les manettes, et pis il va moraliser les finances, Obama qu’est un branleur va venir à Paris pour un stage de 2 semaines donné par Nico « gouvernance et shopping avenue Montaigne » ; la mère Merkel elle n’a que bien se tenir sinon Sarko va lui rouler une pelle et les boches vont se la boucler fissa. Chez les rosbifs ben sont même plus capable d’être cohérent, zont un mec de droite avec un mec de gauche (gentille hein la gauche), ça s’appelle la cohabitation, ce n’est pas chez nous avec leader price maximo Nico que ça se passerait.  Chez les espagouins c’est la Zapatero zéro, Berlusconi ben lui l’est presque au niveau de Nico mais tout juste. Bref, à par Kadhafi, Poutine et les chinois, ya personne qui puisse concurrencer not Nico za nous seul.

 

Comme disait l’autre « Dans le monde, il n'y a que la France qui n'est pas un pays étranger ».  Ah ! France éternelle, avec tes 1500 milliards de dettes (comptez en autant pour les retraites), tes 3 millions de sans emploi, tes 8 millions de pauvres qui vivent avec moins de 900E par mois ; en plus ya pas d'argent pour les retraites à cause des vieux qui refusent de mourir, ça craint non ? Alors que nous avons un président comparé à Napoléon, César ou d’autres bienfaiteurs, qui se démène sur ses petites jambes, promet, tempête, gueule, hurle, menace à s’en faire péter ses petits poings fébriles ; les réformes qui tombent comme je postillonne, et des promesses tenues par gerbes entières telles les moissons d’un blé coupé ras du sol... Ouais et tout ça encore que j’en oublie d’en poinçonner mon ticket de bus.

Je viens de terminer un bouquin que je vous recommande vivement : « Du bon usage de la guerre civile en France » par Jacques Marseille.  Il est vrai que chez nous la vraie rupture a toujours été la guerre civile - des jacqueries médiévales jusqu’aux émeutes de 2005 « ça va péter ! » qu’a toujours gueulé le avec ou sans culotte français. C’est notre mode de fonctionnement, comme chez les pacifistes de s’asseoir le cul par terre ou chez les Japonais de se faire hara kiri ; chez nous, ça gueule, ça gueule pis un jour va savoir pourquoi ça pète de partout. 

 

Le Sarko Nico le sais lui aussi, et comme il est pétochard comme pas deux, il essaye depuis au moins... Le début des années 90 (avant à Neuilly y risquait pas grand-chose) donc depuis une bonne vingtaine d’années il sait que la franchouille ça peut déborder à tout moment sans avertir – crier gare (l’était le chef de la flicaille pendant des années shérif Nico)  C’est pour ça qu’il nous caresse dans le sens du poil ; à chaque fait divers il va nous créer une nouvelle loi qui protège la femme et le chérubin ; foutre dehors ces salopards de clandestins qui ramassent nos poubelles, ces nanas avec des cagoules qu’on peut même plus savoir qui est qui, ces djeunes qui glandouillent devant les portes d’immeubles, ces corses qui piétinent les pelouses de Jacquouille, ces mecs qui campent dans le snord sans autorisation, ces Dom Tom qui ne veulent plus jouer à la case de l’oncle dom tom, et récemment ces apéros géants qui bourrage de tronche aidant sont le ferment d’une révolte qui mijote, qui bouillonne.  Et « Il » sait que ça mijote que ça mijote, et lui petit mec il a peur !  Ouais, l’a les chocottes le Nico.

 

... Et c’est ça notre force, qu’il ait peur le p’tiot gars de Neuilly, sa « rupture de 2007 risquerait bien de lui revenir en pleine poire.  « La guerre civile a bien été le moteur de notre histoire et notre façon d’accomplir les « ruptures ». (C’est Jacques Marseille qui l’écrit) Rupture, un mot très dangereux en français.  

Alors, chers amis, foutons une bonne fois pour toute le bordel ; peut être pourrons nous laver 40 années de honte, 40 années ou 4 individus et leurs gangs de sicaires (toujours aux commandes si on excepte tonton) ont pourris et dévoyés ce pays ; nous ont divisés, nous ont marchés sur le bide, sur la gueule avec le mépris suffisant de ceux qui savent que la masse n’est rien moins qu’une chose malléable et molle tel un étron – étron-nous assez cons pour subir cela ? Ben oui, puisque qu’on les a élus et réélus nos joyeuses escadrilles de drilles.

 

Quant au « problème » de cadrage rencontré par not président... Ben ya que deux solutions :

-    Il (not président) mange plein plein de sousoupe et comme ça prend les 15 centimètres qui foutent sa fiole centre photo

-   On descend de 15 centimètres tous les murs des mairies et comme ça ben l’y est encadré centre not Nico 1er

 

 Georges Zeter - GéZé -  Le père siffleur.

 

Références : Du bon usage de la guerre civile en France  par Jacques Marseille. Editions Perrin : 2006 – 172p – 14E

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents