Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


- La vie est belle en Téléréalité!

Publié par GéZé - le père siffleur sur 13 Octobre 2009, 09:46am

Catégories : #Un Con-Pétant!

Bon, je ne vais pas vous faire tout un pensum sur le « Discours de la servitude volontaire » d’Etienne de la Boétie, mais citer une de ses maximes en introduction :

- « Pour être esclave,  il faut que quelqu’un désire dominer et… Qu’un autre accepte de servir. »[1]

Ce qui est bien le cas dans ces jeux ou émissions de « téléréalités » ; un esclave asservie à un Dieu audimat qui toute honte bue sera poussé aux pires excès, aux pires humiliations, pour un public décervelé qui en redemandera semaine après semaine, sous l’œil bienveillant d’un animateur de choc... Dire qu’il a fallu 60 milles ans de civilisation pour en arriver là ; des grenouilles dans une marmite, dans un bocal...

Imaginez ! Une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquille une grenouille, le feu est allumé, l’eau chauffe doucement en dessous…L’eau est bientôt tiède… Le batracien trouve cela plutôt agréable et continue de nager… La température continue de grimper… L’eau est maintenant presque chaude… C’est un peu plus que n’apprécie la bête qui fatigue un peu, mais… Elle ne s’affole pas pour autant, il fait si bon, l’eau est cette fois vraiment chaude, la bestiole commence à trouver cela désagréable, elle s’affaiblie et ne fait rien… La température monte encore et encore… Jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par bouillir et mourir sans jamais avoir fait quelque chose pour s’extraire de cette maudite marmite.

Imaginez ? Si cette grenouille avait été plongée directement dans de l’eau bouillante ? Elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat et salutaire qui l’aurait éjectée aussitôt de l’enfer.

Cette expérience démontre que : lorsqu’un changement s’effectue suffisamment lentement, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte…  

Si nous regardons ce qui se passe dans nos sociétés depuis quelques décennies, nous subissons une lente dérive (réchauffement) à laquelle nous nous habituons. Des tas de choses qui nous auraient horrifiées il y a quelques temps, ont été peu à peu édulcorées, banalisées et ne nous dérangent que mollement. La massive propagande des médias bourrent le mou sous le terme insidieux de « citoyenneté » aux cerveaux asservis, qui ne sont plus capables d’aucune réaction viable au nom d’un progrès cousin de « compétitivité », de l’inévitable « mondialisation », de la « santé publique », de « l’insécurité » avec ces meurtres à chaque coin de rue, ces viols à répétition et ces détroussements de sac à main de vieilles dames enchapeautées de morgue et d’ennuis.

 

Toujours la Boétie...

- « Ces misérables voient reluire les trésors du tyran ; ils admirent tout ébahis les éclats de sa magnificence ; alléchés par cette lueur, ils s’approchent sans s’apercevoir qu’ils se jettent dans une flamme qui ne peut manquer de les dévorer »

Les pires atteintes aux libertés individuelles, à la dignité de la personne humaine, à la beauté et au bonheur de vivre sont perpétrées en toute conscience par les saltimbanques de l’information, par les faiseurs de joug de la désinformation. Alors, s’érodent lentement et inexorablement par la complicité constante des victimes consentantes, ignorantes, démunies ; Une longue descente horizontale qui permet de se coucher, paisible, tranquille-pénard à l’état d’un bipède échaudé et de se rouler guilleret et joyeux dans l’insondable innommé.   

Le noir tableau annoncé pour l’avenir au lieu de susciter des réactions indignées et des mesures préventives, ne fait que préparer psychologiquement les peuples à accepter des conditions de vie de plus en plus dégradées, voire dramatiques, inhumaines… Vers l’inéluctable terminus ! Et pendant ce temps là, nous recomptons nos sous, étalonnés par le Wall Street Journal ou affidés ; la courbe de l’index fait office de pense bête, alors qu’à chaque instant passé, nous pouvons méditer sur la notion : les hommes qui pensent en rond ont les idées courbes[2] Nous recomptons nos sous en toute liberté sans son implication… Je dirais même mieux, en pleines hallucinations : « A vrai dire, il est inutile de se demander si la liberté est naturelle, puisqu’on ne peut tenir aucun être en servitude sans lui faire du tord : il n’y a rien au monde de plus contraire à la nature, toute raisonnable, que l’injustice… »

Oui, mais mon cher Etienne, c’est une servitude et une injustice acceptée par des téléspectateurs hypnotisés, des participants abêtisés, des présentateurs incultes, alors un Kho Lanta, par exemple n’est-il point un vrai raccourci de notre mode de vie ? Ce n’est pas le meilleur qui gagne, mais le plus tordu qui mijote ses petites stratégies biens individuelles, bien à lui dans son coin au détriment des autres. Imaginez dans un jeu tel que Secret Story, qui il faut le dire correspond si bien aux attentes de tout un peuple décitoyennenisé, à l’aulne d’un : « Ceux que je regarde, c’est MOI ! Que je suis beau ! » Imaginez dans un jeu tel que la nouvelle star, où on peut se dire : « à quoi ça sert les études, car, en quelques semaines je peux atteindre le firmament du stardom sans trop me prendre la tête! » Imaginez ! Un grand jeu qu’est la vie, sans son obligation de vivre ensemble, ses vicissitudes, ses échecs et victoires, et surtout sa fin inéluctable. Dans la téléréalité il n’y a pas de fin, la « vie » recommence à chaque saison, NOUS avons enfin créé la vie éternelle vue dans le prisme d’un bocal, réglementé par la Boétie... Béotiens que nous sommes.  

 

Ce qui fait peur est : l’émergence d’une forme de contrôle mental, plus soft bien sûr que dans certaines dictatures, mais plus insidieux. Je pense que la télévision se comporte par certains côtés comme un instrument au service du pouvoir. Les émissions de téléréalité servent à nous faire gober certaines choses : ... être fliqué dans sa vie privée et familiale (les services sociaux deviennent des outils de fichages systématiques des citoyens, des enfants)... être filmé et surveillé (la vidéosurveillance se généralise), être viré d'un boulot de façon arbitraire comme on peut l’être d'une émission grâce aux votes des téléspectateurs ; d’ailleurs même le sens du mot « vote » est dévoyé : car devenu payant ; Pour sortir un candidat il faut téléphoner oui ou non à 0,50E... Un référendum télévisuel est admis, par contre un vrai référendum tel que celui de 2005 est jeté aux orties. Tout est fait pour que les candidats et les téléspectateurs soient les complices de leur propre asservissement.

S’il suffisait de se dire que chacun est libre de regarder ? Bien sûr, personne n'est contraint ; mais tout le monde n'a pas le même degré de lucidité, d'esprit critique. Il n'empêche que ces programmes ont beaucoup d'influences, puisque même les émissions traditionnelles s'en inspirent : un jeu télévisé comme le maillon faible est un monument de sado masochisme, dans les émissions familiales ou même littéraires on incite les gens à déballer leur vie privée. De plus les politiques, personnages sans vergogne se montrent dans des émissions que leurs prédécesseurs auraient conspués autrefois. Le dernier avatar étant le retour de Tournez Manège, la grande nostalgie télévisuelle de notre chef des programmes Sarkozy, c’est présenté par un Cauet petit frère d’un des potes du président Jean Marie Bigard visiteur en chef de la papauté ; là, où de futurs couples descendent en dessous des pâquerettes... Imaginez le lendemain ? Les voisins du quartier doivent vous foutre en boite... Quoique... Peut être bien êtes vous devenu la « star » du jour, celui « qu’est passé à la tévé... »[3]

 

La 1ère Star labélisée, star de la téléréalité en France fut Loana.  Auparavant pour être « star » il fallait savoir danser, chanter, jouer, peindre ; à l’avènement de cette nouvelle « étoile », il suffisait d’être soi ! Avec ce qu’il faut de vulgarité, de petits trucs un peu crades, d’histoires sordides sorties au bon moment, de scène de cul non « prévues », de... Récemment j’ai posé la question à des très djeunes : Qu’est ce qui est bien à propos du gagnant de secret story ?  Ils m’ont répondus en cœur « ben c’est Emilie quoi ! » Vous avez compris que la machine a bien fonctionnée ; ouais c’est ELLE – point ! Mais ça aurait put être le pompier de service dans les studios ; sans importance, ya un gagnant et ils s’en contre balancent de qui, quoi, juste avoir pu mater pendant 3 mois des abrutis incultes et vulgaires a suffit pour faire monter la fièvre... Nous avons engendré des « monstres » me suis je dis... Des pauvres grenouilles sans ressort !

Pour finir en parlant du pouvoir et de la téléréalité : ne trouvez vous pas que ce gouvernement c’est exactement ça ? De plus l’animateur en chef peut virer le directeur de la chaine (ça c’est cool mon Nico), nommer n’importe quel gugusse, décider des programmes, insulter Mame Chabot, participer au jeu de massacre avec sa bande de kholantais et gagner à tous les coups... Bienvenue à Sarkoréalité, le jeu qui rase la daube !

 

Alors, si vous n’êtes point un batracien béotien déjà à moitié cuit, vous ! s’il vous a resté du ressort pour lire ce court pamphlet ; ayez le coup de patte salutaire pour vous sortir de cette merde-marmite et recouvrez si j’ose dire la bonne température, car la vie n’est pas inscrite dans la téléréalité, la vie a sa réalité à elle, bien inscrite dans ses gènes... Quoi ? Vous avez dit des chaines ? 


Georges Zeter - Le Père Siffleur
- GéZé/10/09/ - Les Ediles c’est comme les Idoles, ça va ca vient...

(Confucius et moi)

 


[1] Etienne de la Boétie - Discours de la servitude volontaire/ Paris/Editions des milles et une nuit/1997

[2] Léo Ferré

[3] Certains commentaires viennent du forum - Plus particulièrement de Schlabaya  : http://forum.fluctuat.net/teleetseries/tele-realite/poubelle-tele-loin-sujet_70_1.htm -

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents