Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


La doxa Pierre Richard et le mythe à Bouton

Publié par Georges L. Zeter sur 19 Juillet 2013, 07:07am

Catégories : #Un Con-Pétant!

cathy-et-moi-paris-1990-copy.jpg
 
Pierre Richard perçoit chaque année près de 600.000 euros de retraite chapeau.  Vous en voulez encore une couche ? Au plus fort de la crise financière mondiale, Pierre Richard démissionne le 29 septembre 2008 de la présidence du Conseil d'administration de la banque, suite au sauvetage de Dexia par les états Belge et Français pour 3 milliards d'euros chacun. = 6 milliards de pertes !
 
 
 
Ce cher (très cher !) homme est aussi :
 
- Président du conseil d’administration du Monde Investisseurs, depuis 1995
 
- Vice-président de l’Association française des banques (depuis 2004).
 
- Membre du Comité Exécutif de la Fédération bancaire française (depuis 2004).
 
- Membre du comité de pilotage de Paris Europlace.
 
- Membre de l’Institut international d’études Bancaires.
 
- Membre du Conseil d’orientation de l'Institut de l'entreprise (depuis 1999).
 
- Expert au Conseil d’administration de la Banque européenne d'investissement (BEI).
 
- Administrateur de la Compagnie Nationale Air France (depuis 1997)
 
- Administrateur du journal Le Monde
 
- Administrateur du Crédit du Nord (depuis 2000)
 
- Administrateur de Generali France Holding (depuis 2001)
 
 
Et pour le récompenser de bosser autant, Pierre Richard est officier de la Légion d'honneur, officier de l'ordre national du Mérite et commandeur de l'Ordre de Léopold II.  Heureusement qu’il n’est pas danseur étoile chez Michou, car ce serait le mec le plus extra.  Tant de talents méritent bien toutes ces breloques non ?
 
 
 
Un autre « Pierre Richard »
 
 
L’Daniel Bouton, 730 000 euros, soit environ 2 000 euros par jour de retraite, ce qui laisse des moyens pour aller jouer au golf. Le 24 janvier 2008, à l'occasion de la publication des résultats de l'exercice 2007, la direction de la Société générale a annoncé une perte record de 7 milliards d'euros. Le p’tit Kerviel lui a eu un tas d’emmerdes, le Bouton, le big boss a en + pendant la violente crise financière de 2008 réalisé des plus-values en spéculant sur les actions de l'établissement qu'il présidait. En effet, pas moins de 1,3 million d'euros de plus-value en moins de quatre mois, malgré la chute du titre en Bourse, en revendant des actions de son groupe acquises au titre des stock-options…  Un mec bien je vous dis, un mec à montrer en exemple dans les écoles !
 
 
 
Ce très cher et ce cher homme est aussi :
 
- Président d'honneur de la Société générale
 
- Administrateur de Veolia Environnement
 
- Administrateur de Total SA
 
- Administrateur d’Arcelor
 
- Administrateur de Schneider Electric
 
- Propriétaire de la société de conseil, DMJB Conseil
 
 
Et pour le récompenser de ces mirifiques résultats et de cette éthique sans faille, il est Chevalier de l'ordre national de la Légion d'honneur et Officier de l'ordre national du Mérite ; youpi laboum purvu qué za dur!
 
 
 
Ces deux ostrogots sont issus de nos « Grandes Ecoles » ; Le Pierrot c’est l’École polytechnique (promotion X 1961), puis membre du corps des Ponts et Chaussées.  Le Dani c’est l’Institut d'études politiques de Paris (1971), puis de l’École nationale d'administration ENA.
 
 
 
Dois-je tartiner des pages pour démontrer que : Ce pays doit absolument fermer ces « fabriques à connards qui se sentent si supérieur qu’ils peuvent tout se permettre ».
 
Le déclin de la France est lié à la mentalité de ces cranes d’œuf, tellement bercés depuis les bancs du lycée qu’ils sont « les meilleurs », qu’ils y croient ces ballots, et que les pires conneries ne sauraient leur être imputable, car, « ils sont les meilleurs, l’Elite quoi, merde Charles-Edouard ». Au final, nos grandes entreprises, nos banques et notre haute administration sont vérolées par cette oligarchie hyper diplômée, qui n’a de cesse de passer du public au privé et inverse et au passage se sucrer, se voter des parachutes en platine, des retraites de nabab, des avantages en nature de chef de tribu africaine.
 
 
 
Toutefois, Le Pierre Richard a été vachement puni. En mars dernier le conseil d’administration de sa banque à décidé de couper sa retraite en deux. Touchera plus ‘que’ 300.000 euros par an.  Et pan ! Un nouveau pauvre.
 
 
 
Dexia, 6 milliards (et ce n’est pas fini), Société Générale 7 milliards et un président de la république Enarque… Que la vie est belle en Francie car nous les veaux/moutons sommes bien gardé… Ce que nous devrions faire en un premier temps c’est de stigmatiser ces incapables, les brocarder chaque jour dans les medias, leur mettre le nez dans le caca qu’ils sèment, les montrer du doigt, les insulter lorsque l’on en croise un dans la rue, leur vider les poubelles sur le crâne, pisser sur leurs Weston…  Puis, comme ils ne comprennent rien bien trop occupés qu’ils sont à siéger dans des conseils d’administrations, ou des commissions diligentées par notre gouvernement, et bien, redressons les gibets en centre-ville, faisons les défiler devant la foule hilare et pendons les haut et court.
 
 
 
Voilà que ce serait une vraie et bonne décision ; l’y réfléchiraient à deux fois avant de faire leurs conneries les interchangeables qui se dénombrent par milliers ; les Daniel Richard et les Pierre Bouton ou vise et versa.
 
Georges Zeter/Juillet 2013
 
 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents