Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


Grande Nouvelle ! Le TITANIC n’a jamais coulé

Publié par GéZé Georges Zeter - Le Père-siffleur sur 7 Juin 2011, 16:59pm

Catégories : #Un Con-Pétant!

titanic-photo.jpgC’est ce qu’affirment deux « experts » es-science en Titanic : Le Titanic aurait été remplacé par son jumeau l’Olympic au fond de l’Atlantique nord. En fait le Titanic a eu deux frères : l’Olympic donc et le Britannic. Tous construits sur les chantiers navals de Harland & Wolff à Belfast. Encore aujourd’hui des petits vieux vous dirons qu’ils sont venus avec leur père, ouvrier sur le chantier ; et que le Titanic et l’Olympic se ressemblaient comme des jumeaux. L’Olympic fut achevé et lancé 8 mois avant le bâtiment naufragé le plus célèbre du monde.

 

Et ça commençait mal pour l’Olympic :

Le 21 juin (1911), lors de sa première arrivée à New York et alors qu’il est guidé par douze remorqueurs, le paquebot heurte l’un d’entre eux, l’Halanbeck à l'arrière. Si le remorqueur subit d’importants dommages, l’Olympic n'a quant à lui rien de plus qu’une bosse. Et ça continu, lors de sa cinquième traversé lorsqu’il part de Southampton : l’Olympic est heurté par le Hawke, conçu pour éperonner d'autres navires ; la collision endommage deux compartiments étanches ainsi que les machines tribords et centrales du paquebot. Troisième soucis en moins d’un an, le 24 février suivant, il perd une pale d’hélice et doit à nouveau retourner aux chantiers. (On dirait le Charles de Gaule non ?)

Les théoriciens du complot de l’arnaque à l’assurance s’en donne à cœur joie. L’Olympic est devenu inassurable et n’a pas obtenu le feu vert de la marine pour continuer ses traversées. Il ne reste plus qu’à « seulement » interchanger les deux navires : le Titanic qui vient juste d’être terminé passe haut la main le control technique, et l’olympic devenu Titanic ayant déjà obtenu ses certifications peut donc être lancé pour sa « première traversée », cela, sans avoir fait les réparations nécessaires qui auraient coutées une fortune. La compagnie propriétaire White Star se trouvant en difficultés financières et se faire rembourser le Titanic (Olympic) dans sa totalité semblait pour elle une bonne affaire. D’ailleurs un des autres bâtiments de la White Star, le California la nuit du naufrage patrouillait dans le secteur ; mais trop loin pour arriver à temps. (Le navire mis seulement deux heures pour couler)

 

Théorie à l’eau de mer

Encore de nos jours, même si les chantiers de Belfast ont disparut, les gens, la rumeur fait écho de ce tour de passe-passe ; les deux navires ont été interchangés. Apparemment c’est assez classique comme arnaque à l’assurance dans le monde marin, lorsque l’on veut se faire rembourser en totalité un rafiot, ou un navire endommagé. Du moins c’est ce qui se murmure sur les quais.

Des « preuves » ? Lors des accidents de l’Olympic à chaque fois on est allé piocher dans les pièces en fabrication ou prêtes du Titanic. Les pièces du Titanic était tatouées 401, celles de l’Olympic 400. Donc, comme on a retrouvé en 1985 sur l’épave du paquebot des pieces numéroté 401, des pièces qui correspondent à l’emplacement du second accident, il ne va pas loin à dire que ce sont les pièces empruntées du Titanic pour dépanner l’Olympic… Je sais, c’est fumeux.

Il y a aussi une histoire de bordé avec deux trous qui auraient été ajoutés au Titanic pour qu’il ressemble à son grand frère, c’est ce que les photos disent.

Le vrai propriétaire du navire était le milliardaire J.P. Morgan, qui la veille du départ annula sa traversée.

Et puis il y a encore de vieilles personnes, à Belfast et Southampton qui sont prêtent à jurer sur tous les Dieu Celtes que leur père a confessé sur son lit de mort qu’il y avait donc bien eu fraude.

Pour finir avec les preuves : lors de la plongée de 1985 le long du l’épave, on observa un trou béant mais avec des bords ouvrant vers l’extérieur, donc, comme une bombe qui aurait explosée.

 

La confession d’Andy the pig

 Toute cette histoire débuta en Australie il y a 20 ans. Un vieux mec qui avait été menuisier lors de la construction, puis avait été à bord et survécu au naufrage, Andy le cochon racontait dans les pubs de Melbourne l’échange des bateaux pour des gros sous. Un journaliste s’intéressa à l’histoire et en fit un documentaire : Conspiracies...Titanic The Ship That Never Sank ? Ou (Conspirations… Titanic le bateau qui jamais ne coula ?) Tourné par Richard Sanders.

 

3 frères avec des destins différents

 L’Olympic, du moins celui qui porte ce nom, devint transport de troupe pendant la 1ère guerre mondiale, puis dans les années 1920, 1930 il reprit son service entre Southampton et New York, il acquit un surnom (ce qui est ironique) « old realible », vieux fidèle. Il fini sa carrière au chantier de démolition de Jarrow en Ecosse.

Le Britannic, lui eu une carrière très courte. Devenu navire hôpital il heurte une mine marine dans la mer Egée. C’est en 1975 que le Commandant Cousteau fit la première plongée avec son Calypso.

Quant au Titanic… Vous connaissez maintenant son histoire.

 

Tout ce que je vous raconte est-il vrai ou faux ? A vous de vous y retrouver. Vous avez intérêt à speaker anglais, car en français sur le sujet nada.

J’ai encore deux petites anecdotes :

- L’histoire de deux « veinards » : une infirmière et un chauffeur qui survécurent au naufrage du Titanic, puis furent passagers pendant l’accident de l’Olympic avec le Hawk, et enfin survécurent au coulage du Britannic. Ca c’est du bol mon matelot qui touche le pompon !

- Il n’y a que 20 secondes de film du Titanic et une seule carte postale officielle. Toutes les autres ont été prises de l’Olympic et encore aujourd’hui personne n’y voit que pouic.

 

Georges Zeter Juin/2011

PS : Andy le Cochon n’a jamais été sur les listes des survivants, ni encore sur la liste des ouvriers qui construisirent le Titanic… C’était au moins un mec qui avait deux talents : Boire des bons coups et raconter de belles histoires pour se les faire offrir.

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents