Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


- Frédéric Mitterrand, dans: « Rien ne va plus »

Publié par GéZé - le père siffleur sur 12 Octobre 2009, 03:08am

Catégories : #Un Con-Pétant!

C’est aussi le titre d’un roman de Douglas Kennedy Rien ne va plus - que je viens juste de refermer. Bon polard pour un dimanche nuageux. Pour vous conter rapide ; c’est l’histoire d’un scénariste qui sortant de sa vie bien plan-plan se retrouve sur le devant de la scène, il obtient même un Emmy, puis c’est la chute libre en l’espace de 3 jours ; car accusé de plagiat, tout le monde s’acharne sur le pauvre mec. Derrière le « drame », un milliardaire amer tire les ficelles... Mais là c’est Hollywood quoi ! Le panier de crabes, le trottoir des idoles filantes... Et ce n’est pas bien sur comme dans les couloirs de nos édiles bien aimés Elyséennes...  

C’est ce qui arrive actuellement à Frédéric Mitterrand ; on le lynche en public, on étale ses écrits, sa vie, ses « déviations » ses... Pour vous dire la vérité je n’ai même pas lu un seul « article » du lynchage organisé, et comme je ne regarde pas la tv... Non ! Ce qui me pousse à prendre la défense du Ministre de la Culture c’est qu’instinctivement  je sens le coup fourré.

Depuis sa nomination en juillet dernier, ya pas un seul jour sans qu’on se gausse à propos du « neveu » de Tonton ; je me rappelle et ça a fait le tour d’Internet ; notre ministre sortant d’un conseil avec le monarque, sa cravate pendouillant sur ses fesses.  Qui avait intérêt à ridiculiser cet homme ?  Peut être bien les complices de Nico1 aux sortie des conseils, avec leurs sourires en coin comme ceux qui détiendraient des grands secrets d’états, alors que la seule chose détenue par eux c’est d’avoir baissé leurs culottes avec leurs grands airs de lèches culs ministérialités.

 

De la à penser que tout ce mic mac a été organisé, planifié en amont ?

Sarko est à son obsession compulsive de décrédibiliser... De tout décrédibiliser,  la gauche, et c’est ce qu’il a fait et fait si bien fait ; empaqueté et c’est pesé ! S’adjoindre un « Mitterrand » dans son gouvernement, même si c’est par la branche mineure de l’arbre Mitterrandien, ça a fait fantasmer dans les chaumières. Un Mitterrand devenu ministre de Droite ça classe son homme d’état, et je dois dire que c’est super bien joué !

Chez Sarkozy, rien n’est oublié, rien n’est perdu, c’est sa force, c’est un rancunier, un frustré de la vie qui ne fait que prendre des revanches.

Imaginons une seconde, une réunion dans un cabinet de l’Elysée, les études d’opinions sont en chute libre, même OpinionWay n’y peut rien ; mais, il ne faut pas l’oublier, « l’ouverture » est à ce jour le grand bazibouzouck de not Homme. Donc, on tend une perche, on lance la ligne, pis, y’a un p’tit Enarque qui pense à Frédo... Lui le Frédo est un peu l’électron mouton noir de la tribu, Tantine Danièle, les fistons ne peuvent pas saquer Frédérico la folle.  Mais pour lui c’est trop tentant de revenir devant les spots.

Et voilà, c’est emballé, le Fréderic tombe dans le panneau, et sous les ors de la Répu est nommé ministre. Il doit avaler la couleuvre Hadopi en apéro et pas mal d’autres petits fours frelatés...

Il aurait du savoir qu’avec un passé « tumultueux », les charognards biens placés allaient le dévorer tout cru.  Trop facile lorsqu’on est homo déclaré d’être la cible de la vindicte, eh oui bonne gens, même au 21ème siècle on peut batifoler avec des mecs, mais en toute « discrétion ».  De plus, il suffit d’aller chercher des écrits, là où le Fred se complet dans des détails scabreux, d’aller chercher des histoires qui se sont passées chez moi à la Réunion par exemple, pour accuser ce pauvre mec de supporter, de cautionner le viol, et ensuite de lâcher la meute bien intentionnée... Combien de jaloux, combien de bileux se répètent des déboires de cet homme ?  Combien ?

Ca pue, c’est minable, et toutes les rédactions embrayent sur ses turpitudes, c’est sale à crever ! Z’ont même pas honte ces dénonciateurs, quelques décennies avant, saurait été les premiers à balancer tout « apatride » caché chez l’habitant. 

Pourtant, les médias autorisés à paraître sous les ordres de Sarko, ces médias qui récemment on enterrés les bons mots d’un Hortefeux, ces médias qui « dénoncent » du bout des lèvres « l’ascension » de Junior à la Défense, ces médias.....

Je le répète, mais chez Sarkozy, rien n’est fait au hasard, rien n’arrive par inadvertance, RIEN ! Souvenez-vous de « Neuilly Communication », l’avait bien préparé son coup le Maire en se foutant dans la poche toutes les sommités médiatiques dès le début des années 80, souvenez vous de son acharnement contre de Villepin et Clearstream... Souvenez vous de tous les coups tordus de ce politicard, qui n’en a rien à battre de la « rupture », sinon, la sienne de rupture au sens premier du terme – rompre, casser, briser détruire !  C’est ça not président.  Alors aujourd’hui c’est un Mitterrand qui occupe la vindicte, demain à qui le tour.  Et croyez moi, le Nicolas en a des comptes à régler, des gens à malmener, y’a qu’à voir comment il engueule une Chabot, qui pourtant l’a aidé si prestement, servilement pendant et après son élection... N’a aucune reconnaissance du ventre, comment il a laissé un Poivre d’Arvor se faire virer, comment le mec de Paris Match à gerber, l’a même pas fait acte de présence lors de obsèques de Jacques Martin, un ami, alors qu’il lui avait piqué sa femme et était le beau-père de ses mômes, bonjour la « classe » ;  comment ? Comment avons-nous put élire un tel coco ?  Si les peuples ont une conscience, et ben, je dois dire que celle des français est en berne, ou morte née ! Y’a vraiment un bouquin à pondre : France où l’avortement d’une société par le Docteur Nico.

 

Frédéric Mitterrand ! Je ne suis absolument pas un de tes supporters, je ne suis ni en admiration par tes « écrits », ni ton personnage si puant, ton parisianisme dégoulinant, et ta lèvres lippue me donne envie de gerber lorsque de ta hauteur tu veux bien déblatérer sur ceci, ou cela ; mais ce qui me révolte encore plus, c’est celui qui orchestre tout cela, lui, c’est de la haine pure, bien macérée bien rancie.

Il est malheureusement à craindre qu’il y en aura d’autres... J’attends avec impatience le faux pas de Besson ; pourtant plus traitre que lui tu meurs, y’aura bien un jour où il va merder, et ce jour là « l’auguste » sans aucune reconnaissance pour les services rendus, te coupera la gorge sans états d’âme. Les Lang, Allègre, Rocard, Kouchner et Attali sont sur les rangs, prêts à être balancer à la vindicte, ses « meilleurs » lieutenants, son club des « 7 », z’ont intérêt à se tenir à carreau... Comment un président peut il gouverner ainsi, sans dialogue, sans concertation, comme un petit patron de PME abusif qui traiterait sa secrétaire nommée Fillon comme une moins que rien, comment ?

Je dois dire mon Fréderic que tu l’as bien cherché, t’étais au frais dans la Villa Médicis ; là, tu étais supposé représenter la culture française. Au lieu de ça, par ambition sénile, par arrivisme tu t’es accoquiné à la bande mis en place par un « suffrage » manipulé par des médias serviles, des hommes d’affaires nauséeux, des industriels dépendant des commandes de l’état, des hommes de gauche virant à droite au moindre mouvement de sourcils d’un Sarko en pleine forme ; en pleine réforme oui !  Qui met à plat 60 ans de système social hérité par nos parents ; eux ! Oui eux ! Qui ont osés voter en masse pour ce vibrionnant. 

 

Que puis-je ajouter ?  Tu t’es foutu toi-même dans ta merde, tu as choisi le mauvais camp, alors, toutes les élucubrations et autres marques de fidélités ne seront plus que des ordres venues d’en haut.  Même si tu restes au gouvernement, car je suis certain que tu n’auras jamais le courage de donner ta démission ; pourtant c’est ce que tu devrais faire si tu étais un homme de bonne volonté... Mais non !  Tu vas rester, tes avantages en nature sont tellement plus précieux que ce que nous pouvons appeler - l’honnêteté.

 

Bon vent Frédo, mais dis toi qu’ils ne lâcheront pas, ils vont continuer la séance de massacre, à petites doses et régulières. Comme la Ferrari sur TF1, comme tant d’autres biens serviles, bien à plat dans la gadoue. Comme ça, le peuple est occupé, les premières pages des « journaux » assurées, le caniveau est plein, et alors tant que « Rien ne va plus ! »

Revenons au bouquin de Kennedy, « Rien ne va plus ».

A un moment du livre le héro vient juste de regarder Salo ou les cent vingt journées de Sodome de Pasolini ; je vous livre ses impressions :

 - « Pasolini a dépeint le fascisme dans sa version prétechnologique la plus pure : la conviction d’avoir le droit, le privilège de prendre complètement le control sur quelqu’un au point de lui dénier plus encore que ses droits, son humanité, au point de le réduire à l’état d’objet jetable une fois utilisé jusqu’à ses ultimes ressources. » (Page 371)

 

Ouais, Sarkozy est un Pasolinien en ce sens, et pis, 120 journées c’est long mon Frédo... En plus avec Sodome t’appuyant sur la tête... T’es pas sorti de ton Gomorrhe mon poulet !

 

Georges Zeter - Le Père Siffleur - GéZé/10/09/ - Les Ediles c’est comme les Idoles, ça va ca vient...

(Confucius et moi)

  -------------------------------------------------------------------------------------

Le livre : Douglas Kennedy – titre – Rien ne va plus (Losing it) – Editions Belfond Paris/2002

 

Commenter cet article

lemasquejaune 13/10/2009 09:03


le probleme c est que tu n ignore pas l affaire de toulouse ou sarkophage a ca place non? et si tu veut verifier interesse toi a paul emile charlton


Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents