Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


Avale tes Sushis Irradiés à l'Iode 131 mon Samouraï !

Publié par GéZé Georges Zeter - Le Père-siffleur sur 8 Juin 2011, 09:31am

Catégories : #ECOLO-Un con-patible

shushi.jpgLe week-end dernier le Ministère des Sciences japonais a libéré des données de mi semaine faisant état de présence en grandes quantités d'iode radioactif découverte dans de l'eau douce près de la côte. Selon le Ministère, "le niveau découvert d'iode 131 était 79.4 becquerels par litre, est deux fois la norme juridique pour l'eau renvoyée d'un plant nucléaire "

Ces renseignements suivent des nouvelles qui sont sorties par petits bouts à propos de fuites présumées à l'usine où l'eau radioactive fuit dans la terre sous l'usine. Pendant que le danger de radioactivité au Japon et ailleurs était généralement minimisé, ces découvertes lèvent plusieurs questions potentiellement significatives pour le Japon, le Pacifique central et du Nord et pour les États-Unis, essentiellement pour les états d'Alaska, du Washington et l'Oregon.

En premier : Les poissons.

Les courants Pacifiques courant le long de la côte japonaise vont d'abord vers le nord en haut de la côte asiatique avant de tourner vers la Mer de Béring et ensuite vers le bas par le Golfe d'Alaska, puis vers la côte nord-ouest des États Unis. Ces courants bougent surtout d'ouest en est. Le poisson est sous l'influence de ces courants ; en particulier les grands bancs de thon qui vivent le long des eaux plus chaudes au-dessus et en-dessous de l'équateur.

Dans une description des mouvements migrateurs des Poissons, la NOAA ((National Oceanic and Admospheric Administration)i une branche Américaine dépendante du ministère des affaires étrangères écrit :

« Le Thon Albacore parfois appelé Thon Blanc commence typiquement sa migration de masse au printemps et au début de l'été dans les eaux du Japon puis continue pendant la fin d'été dans les eaux côtières de la côte Pacifique américaine et finit à la chute de l'hiver dans l'Océan Pacifique occidental … »

Presque tous les Thon Albacore récoltés dans les pêcheries commerciales américaines viennent du Pacifique, surtout des eaux du Washington et d'Oregon. Une grande partie de cette prise est destinée aux marchés étrangers (particulièrement l'Espagne, le Japon et le Canada.) Le reste est vendu aux États-Unis avec d'ailleurs les Thons importés de Thaïlande et d'Indonésie.

Cela soulève la possibilité qui ces poissons pêchés ont peut-être été exposés à des radiations et vont se retrouver dans des conserves ou des produits surgelés importés d'Asie et à destination du marché Américain Etats-Unis particulièrement en Alaska et dans le Nord-ouest Pacifique.

En deux : Les oiseaux

Les oiseaux sont une autre préoccupation majeure selon « l'International Waterfowl and Wetlands Research Bureau Japan Committee (IWRBJ) – Bureau de la Recherche sur les oiseaux vivant dans des zones marécageuses :

Au moins 404 espèces d'oiseaux sont reconnues vivant dans la région Asie-Pacifique. De celles-ci, 243 espèces, en raison de leur nature, entreprennent des migrations annuelles entre leurs régions de reproduction et de non reproduction, le long de plusieurs différents couloirs migrateurs. Ces oiseaux survolent au moins 57 pays et territoires de cette région. Quelques-unes de ces espèces entreprennent les plus grands vols continuels du monde en couvrant au moins 6,000 km sans un arrêt.

Tous les experts et les scientifiques américain, qui se sont exprimés à la télévision ou dans la presse générale, nous ont assurés chacun que les possibilités de radiation sont insignifiantes ou au pire minimales.

Mais le poisson et les oiseaux peuvent être les signes avant coureur de problèmes possibles dans le futur ; de problèmes pour l'instant peu analysés ou connus.

Bon, je vais me fendre de mon petit commentaire, mais je crois que cet article écrit par James Ridgeway journaliste de l’illustricime Mother Jonesii et traduit par mes soins dit l’essentiel.

On nous raconte des conneries !

Tout ça pour nous endormir. Pour preuve :

- En 1957iii dans le Complexe nucléaire Mayak (à Kyshtym non loin de la ville de Tcheliabinsk, URSS). Une puissante explosion dans un centre de stockage de déchets radioactifs a projeté à plus d’un kilomètre d’altitude environ deux millions de curies de produits radioactifs, et près de dix fois plus dans l’environnement de l’installation, soit environ la moitié des quantités rejetées par Tchernobyl. Est-ce qu’on en parle dans les livres d’histoire alors que OUI ! Ce fut la plus grande alerte. Non !!! ET rata non ! Nos experts et autres connards se planquent, en plus ils ne peuvent rien anticiper vu qu’ils manquent d’expérience nos experts ! Hiroshima et Nagasaki étaient venues trop tôt si j’ose dire, zavaient pas le temps, ni les moyens logistiques pour pouvoir mesurer, quantifier et surtout alerter ; ils ne peuvent donc que théoriser et blablater et empapaouter le quidam.

Bref, voilà, avalons des boites de thon au scrongneugneum 137, ou bouffons des volatiles assaisonnés au mesdeuxium 169, et comme disait Chichi en 1995 en faisant péter ses bombinettes atomiques dans le pacifique : « Onne peut pas mettre tout lemonde à la porte souspeine de se retrouver seul. »iv

 

 

Georges Zeter. Juin/2011

ihttp://www.ndbc.noaa.gov/

ii http://motherjones.com/blue-marble/2011/04/radioactive-fish-and-birds-dangers-japan

iiihttp://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_d%27accidents_nucl%C3%A9aires

iv Extrait d'une interview avec Bernard Pivot dans Paris-Match - Avril 1998

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents