Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


A Emir l’insatiable Serbe!

Publié par GéZé Georges Zeter - Le Père-siffleur sur 14 Juin 2011, 06:13am

Catégories : #Un Con-Pétant!

images.jpgJe parle bien sûr de Kusturica, Emir Kusturica, le cinéaste ; pas de l'émir du Qatar ou autres mecs pleins aux as qui ont mieux à faire que de tourner des films,

Je m'en va vous conter sans compter la carrière de mon héros favori de Serbie.

 

Ayant moi-même « œuvré » sur les plateaux un paquet d’années comme assistant, producteur, réalisateur, monteur et pour terminer chef déco ; je dois dire que cet homme m'en bouche un coin de rondelle lorsqu'il se commet à nous tourner une de ses histoires complètement loufdingue. Ma favorite restant Underground, quoique Chat noir, Chat blanc ne soit pas tristounette.

Ya des metteurs en scène comme ça qui dès les premières minutes vous captent et vous emmènent dans un univers très perso, un univers qui est régi par ses lois, ses personnages récurant, ses décors, sa musique, son, sa, ses, bref, on en a vraiment pour ses 10 euro. Ya ka regarder les Jeunet et Caro, les Darren Aronofsky, Gus Van Sant, Jim Jarmuch.... Et plein de Félini, et Ingemar Bergman ; du plaisir brut en boite en 35mn.

J'ai toujours pensé que le cinéma en tant qu'art était un art mineur comparé à la musique, la peinture ou la littérature. Chacune de ces occupations qui élèvent même les veaux et les âmes peuvent se pratiquer en solitaire. Se retrouver devant une vraie introspection, devant la feuille ou la portée blanche, sans compter le canevas trop blanc, trop... Salopé !

Le cinoche c'est au bas mot 50 à 100 techniciens de tous horizons et de toutes disciplines qui un beau matin se retrouvent dans le hall d'un aéroport prêt pour embarquer vers une destination soleil, mais très galère. Bref, pas une sinécure de vivre dans le même hôtel, manger 3 fois par jour à la même table et bosser 12 à 14 heures en compagnie de « collègues » dont pour la plupart vous n'avez rien à dire... Mais bon, la paye est grâce, la bouffe aux petits oignons, les piaules confortables et en plus vous avez le prestige de la fonction (ça aide avec les...)

La plupart des réalisateurs sont de vraies têtes de cons. Mais yen a tel Emir qui de par leur personnalité et charisme emmène leur équipe très loin sur les chemins de la création (clin d'œil à Coppola et son Apocalypse now tourné au Cambodge).

Je ne pouvais pas moins en utilisant les titres de ses films, du moins ceux que j’aime, rendre un hommage perso à un vrai mec que j'admire et embrasse sur la bouche sans y mettre la langue.

Donc, voilà le poésium de Georgéum

Ode à l'Emir

La marée tu l'as dans le cœur
Qui te remonte comme un cygne
Tu meurs de ta petite mort
De ton enfance
Et de ton signe.
Merci à toi Emir…
Qui entrechoque,
Aux ras des rocks
Les chevaux rares
Qui se bastillent…

« Papa est en voyage d’affaire »
Comme le tréma est de juillet
Des taupes s’aiguisant les dents
A pleines poignées aux fils des vents
Des pains de sucre
Et d’aptitudes…

 

De « temps des gitans »
Dilués en meute
Les loups se lèchent

Et se pourlèchent des chiens de mer
Que nous libérions sur parole
Et qui gueulaient dans le désert
Des goémons de nécropole
A s’en péter les cordes
Vocales et évoquer
Les mornes plaines

 

D’un « Arizona Dream »
Et fariboles…
Hypothétique jusqu’à tes pleurs
Encore en ces temps là
A Hollywood tout froid
Tout sec, t’extirpait les tripes
Le fric, le pouvoir et l’encens
Des hommes bagagistes
Des hommes de chimères et polémiques
Heureusement pour toi
Heureusement…

 

Sous « l’Underground »
Yavait la mer et la bonne terre
D'un doigt  de sable qui brille
De mille aires
D’êtres empruntés de rectitude
Semblant contrecarrer l’hébétitude

De fin fil des temps.


De « Chat noir, chat blanc »
Au banc des affolés
N’oublie jamais
Le camp des isolés
Mécréants de Danube
Qui aiment le battement
Des lèvres de Vodka…
Je voulais simplement  parler de toi

 

Car « La Vie est un Miracle »
N’est-il Pas?

Entre deux locomotive

La fanfare éclabousse

L’ultime chant

Des ivrognes sacrés

Même le tuba nous fait rire

Quant à Toi

Cher Pape des chamboulés !

Une fois de plus

Tu nous as amusé.

 

Nous ne sommes que castagnettes de figure dans les vents résiduels… La plénitude… Comme des moutons d’infini, des images, des sons et encore plus fort la magnitude des sentiments à jamais enfouis nous révélant : ho! Combien  la vie… Innarcescible.

 

Je suis un peu comme toi Emir ; j'ai la mémoire des étoiles…

 

Georges Zeter. Juin/2011

 

 

Filmographie d’Emir Kusturica

Papa est en voyage d'affaires qui lui permet de remporter la Palme d'Or au Festival de Cannes en 1985.  Le Temps des Gitans, une manière de poème baroque où les aspects les plus cruels de la vie côtoient un lyrisme quasi surréaliste lui permettant de remporter le prix de la mise en scène à Cannes.  En 1993, il tourne aux Etats-Unis Arizona Dream, avec Johnny Depp, Jerry Lewis et Faye Dunaway. Il remporte deux ans plus tard une deuxième Palme d'Or à Cannes pour Underground, fresque tumultueuse sur l'histoire de l'ex-Yougoslavie à travers une amitié trahie. Ce film polémique déclenche la controverse. En 1998, il reprend le chemin des plateaux pour la farce débridée pour Chat noir, chat blanc. En 2004, La Vie est un miracle, nouvelle comédie furieuse et bondissante, est présentée à Cannes. L'année suivante, il prend la tête du jury de la compétition officielle.

 

1981 : Te souviens-tu de Dolly Bell ?

1985 : Papa est en voyage d'affaires

1988 : Le Temps des Gitans

1993 : Arizona Dream

1995 : Underground

1998 : Chat noir, chat blanc

2001 : Super 8 Stories

2004 : La Vie est un miracle

2005 : Les Enfants invisibles segment Blue Gypsy (film commissionné par l’Unicef)

2007 : Promets-moi

2008 : Maradona (film)

2011 : Cool Water (film)

2011 : Tweaker's Delight (film)

2012 : Wild Roses, Tender Roses (film)

Ps: pour les connoisseurs ; je me suis permis quelques emprunts de mots à Léo Ferré sur l’Ode à l'Emir

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents