Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


- La Peur du Rappeur p’tit Beurre ! -

Publié par GéZé sur 19 Septembre 2009, 09:39am

Catégories : #Un Con-Pétant!

LE DROIT D’EXPRESSION en France est aussi respecté que les « droits de l’homme », le droit à « l’image », c'est-à-dire : Vous pouvez dire ce que vous voulez, faire ce que vous voulez, avoir la binette que vous voulez... Mais dans les limites de ce que nous vous autorisons... Le cas du rappeur Orelsan et son cul de pied au cul par les organisateurs des Francofolies de la Rochelle[1] ; Sous menaces de coupages de vivres - subventions par Ségolène Royale cheftaine de la région Poitou Charente illustre bien la censuritude made in France - fabriquée Ségo. [2] C’est un vieux tic de chez nous ; penser au « bon gout », au bien séant, aux bonnes mœurs, à « ça ne se dit pas », à... Et ainsi, un artiste chantant « sale pute », se retrouve au ban ; ce qui a pour effet de lui faire une pub d’enfer.

D’accord pour une fois avec Frédo Mitterrand lorsqu’il dit que les paroles de la chansonnette ne sont pas sa tasse de rap, que Rimbaud avait fait pire, et que l’on faisait bien du ramdam pour pas grand-chose...

Moi, je trouve au contraire qu’il faudrait en faire plus de boucan !  De quel droit la Ségo se permet-elle de censurer ? Le chantage aux pépettes du contribuable pour cause de mauvais gout et tellement entré dans les mentalités françaises, que personne ne la ramène lorsque qu’un Johnny cacochyme réfugié en Suisse est payé des centaines de milliers d’E pour un concert du prince, et en contre partie un artiste payant des impôts en France, pas en cour, se fait éjecter. Le français est un peu spécial dans le domaine du : je peux penser tout bas, mais ne pas le dire tout haut, soyons prudent « on ne sait jamais »

Une VRAIE démocratie a pour rôle d’accepter chacun, et chacune des opinions, même les pires. Aux U.S., être du KKK et passer à la tv n’a rien d’exceptionnel ; vous me direz d’entendre la logorrhée raciste d’un blanc dégénéré n’a rien de drôle, par contre ça a l’avantage d’identifier l’âne. En Angleterre, se poster au coin d’une rue, et proférer des discours raciste est « normal », ce qui permet à la police de repérer les cinglés. L’ancien maire de New York Giulliani, qu’aimait pas une expo de peinture, où le Christ était mis en scène de manière « obscène », essaya bien d’annuler sous menaces de couper les vivres ; mais que dalle, l’a dut  vivre avec le Christ et ses plumes au cul pendant tout le temps du « sacrilège », et Dieu sait si les « croyants » Bushistes faisaient du bazar. Chez nous l’expo Cadavres Exquis  fut retirée pour atteinte au bon gout... (...) Le juge des référés du tribunal de grande instance de Paris a interdit mardi l’exposition anatomique “Our Body, à corps ouvert”, laissant 24 heures aux organisateurs pour la suspendre. (...) C’est finalement la dignité humaine et le respect aux morts qui l’ont emporté(...) [3] C’est ça, le « respect » des morts ! Hey banane, c’est mieux de les planquer sous le tapis les morts et de s’écharper pour l’héritage... Ou, ça te dérange qu’on meurt un jour pauvre mec ?

 

Comme d’hab, c’est sur le N.Y Times que je pêche mes infos: (…) Since its beginnings in the early 1990s, the music has often proved a flash point in debates here over free speech, tradition and race. French rappers and politicians have a rich history of bad blood, the performers testing social and legal limits with their music (…) [4]  Bien d’accord, y’a une vraie foire d’empoigne entre les rappeurs et les politiciens depuis les années 90, voir la Morano et le groupe Snipper ; comme dit l’article : les artistes testent ainsi les limites sociales et légales... Et c’est très sain de tester les limites, qui par excellence sont repoussables. Mais là, nos coincés du cul de droite, gauche toute ne l’entendent pas de cette oreille. “Well how pretty you look with a broken leg,” C’est sur chanter: « t’as vu comme t’es mignonne avec ta jambe pétée » ne prépare pas à la paix entre les sexes ; mais pourquoi se masquer, tous les jours des femmes la subisse cette « jambe cassée » non ? Donc, ce n’est pas l’apologie, mais l’énoncé de faits. Pourquoi les « faits » dérangent tant nos Ediles vertueuses ?  Parce que c’est la réalité réelle (bonjour la tautologie), qui leur éclate au nez.  Oui, nous sommes bien dans une société barbare, oui, depuis Cro-Magnon, et ben, « l’homme » n’a pas spécialement évolué, sinon technologiquement. Je pense qu’Orelsan a été bien gentillet sur ce coup là ; l’aurait du aller encore plus loin pour bien nous faire respirer notre violence bien rentrée, bien marinée.

Ca me rappelle le temps d’Hara Kiri, (un p’tit bonjour à Cavanna) à la fin des 70’, « Bal tragique à Colombey les deux Eglises, 1 mort ! », déjà, les parents et grands-parents de nos « décideurs » actuels avaient fait interdire le canard pour atteinte au bon gout... Vous voyez, ça ne bouge pas dans ce bouge.

Et « l’humoriste » Dieudonné, ben, sont antisémitisme sous jacent pourrait nous aider à y voir plus clair, en plus on saurait qui est qui, avec qui, non ? « Il avait invité “les jeunes qui nous regardent aujourd’hui dans les cités à rejoindre l’axe américano-sioniste” et conclu son propos par un salut nazi et le cri: “IsraHeil !”. » [5] Trouvez pas ça drôle vous ? Par contre un Jean Marie Bigard donne plus le ton... Les Grosses quéquettes sont nobles elles, mais jamais t’as osé mon Bigard aller sur le terrain des grosses quéquettes circoncises... Pourtant, combien de bons franchouillards y pensent ? Ainsi Dieudonné s’est retrouvé avec une plainte du parquet de Paris, pendant que l’autre emplissait le stade de France... Quand je vous disais qu’en France on vous donne le LA concernant le « bon humour », le « bon texte »... Mon Coluche, mon Desproges où êtes-vous ? J’aurais tellement aimé et vous aussi vous voir empaillés à l’expo « Cadavres Exquis », s’eut été d’un drôle...

 

It’s not by censoring everything that you’re going to promote discussion.” T’as raison NY Times, ce n’est pas en censurant tout que l’on va provoquer le dialogue… Mais qui est prêt au dialogue? Dialoguer, c’est vouloir comprendre, c’est prendre en pleine gueule des incidents nauséeux, c’est aussi vouloir sincèrement changer, avancer, évoluer. Le jour où les Ségo-Sarko « changeront, et ben préparez vos « casse-toi povre con ! » ; eux, depuis toujours, je dis bien toujours ! étaient, sont et seront là pour vous remettre dans le droit chemin du bon gout, du « savoir vivre » du.... Imaginons un rappeur qui beuglerait : Casse toi pauvre con, t’es un gros nul de smicar, t’as pas une thune, j’suis heureux de t’exploiter, c’est bien fait pour ta gueule, j’espère que tes mômes en crèveront, et toi aussi sale merde je te pète la jambe ! Etc. Zette bien d’accord que c’est vachement perturbant des paroles comme ça, qui ne font en fait que dire LA réalité ; Et « ouvre le dialogue » si nécessaire à une bonne gouvernance ; et bien, il est certain que ce rappeur, un « Arabe » des « quartiers » se ferait embastiller vite et bien, les tvs et radios refuseraient de promouvoir de tels écarts, les tribunaux pour une fois fonctionneraient et la Royal couperait les subventions. La vérité est-elle toujours bonne à dire ? OUI ! Mais en catimini.... Pour les chansons à « messages », voir Bruni Carla, « petite voix susurrante » avec « t’es ma came », qui soi dit en passant est à rebrousse poil des campagnes gouvernementales anti drogue ; ce n’est pas bien ma Carla de pousser à la consommation, dans d’autres pays on se fait boucler ; mais chez nous, tellement cons sommes nous, ce message était destiné à « t’es ma came mon chouchou d’amour de président Nico »...

  

Une vraie société doit vivre dans l’excès, dans la tension des extrêmes. L’Amérique a pondue des « croyants » dingues, des télévangélistes, des fachos unabomber, des Bush, des sérial killers, des politicaly correct ; mais aussi de l’autre coté du spectre, des Howard Stern, star Radio qui fait raconter comment la voisine vous a suçé, des Yes Men, [6] qui se glissent dans les colloques internationaux et foutent le bordel (voir le faux interviewe de Balkani à hurler de rire tellement l’est con le pote de Sarko), des – entre 22h et 1 heure du matin des talk show où les politiciens en prennent plein la tronche, des réalisateurs comme Sean Pen qui dénonce cette Amérique... Ce n’est pas nous les petites bites franchouillardes qui oseraient l’ouvrir comme ça sur tous les affronts et fronts, non ! Nous sommes des « civilisés », des « Diners de Cons », là, où le bon goût France s’éclate ; rabaisser et humilier ceux qui ne sont pas de « notre milieu » est un sport national, embrassé par les foules guillerettes qui bien sur pensent être du bon coté, de celui qui domine.... En écrivant ça j’en arrive à aimer Orelsan lui au moins « rappise » tout haut, ce qui se passe entre des portes bien closes. Mais quelle hypocrisie MERDE ! Un jour va-t-on l’ouvrir grande nos gueules dans la langue de Molière, de Prévert et de Villon, sans oublier Léo Ferré ?

- (…) since the polemic around “Dirty Whore” began in March, Orelsan has had a dozen concerts canceled and confirmed just a handful of the 40 shows he planned to play this autumn. Concert organizers feel he is not worth the risk, said the artist. “It’s logical. I’d do the same in their place,” he said (…)  

Ouais, tes concerts sont annulés, mais toi tu « comprends » qu’ils le fassent, car c’est « logique » et à leur place tu ferais la même chose aussi... Waouh ! T’es un vrai Rebel toi mon rappeur p’tit beurre! A ta place, je foutrais un bordel du diable, mais toi non ; c’est « normal »... Comme vous pouvez l’observer chers lecteurs, l’est bien formaté, l’est bien d’accord, qu’il faut respecter, bien traverser dans les clous, bien se rabaisser, bien utiliser le papier à zizique... C’est ta maison de disque qui t’a dit de le dire ça spèce de rigolo ?

(…) he was quick to add, “I’m not a cultural specialist. I’m just a rapper.”(...) Ouais, t’es pas un spécialiste de la culture, t’es « juste » un rappeur qui bat les femmes et l’beurre... T’as pas de fierté ou quoi ?

Si, t’en as, plein même, mais jusqu’à une « certaine limite... »

 

Et c’est comme ça pour tout, « jusqu’à une certaine limite ».  Tient, par exemple moi, je suis dans « la certaine limite », jamais, oh non jamais, moi qui n’est ni « spécialiste » de la culture, ni rappeur ; Jamais je n’oserais écrire « Ségolène va te faire foutre, j’te casse la patte ! » Jamais ! Là, ce serait « certaines limites » vulgaires, de mauvais alois, et certainement Royalement nul !

 

Georges ZETER - Le Père Siffleur - GéZé/09/09/ - Les Ediles c’est comme les Idoles, ça va ca vient...

(Confucius et moi) - 

 

PS 1: La Notion de « bonnes mœurs » : fait référence à une morale sociale, permettant un équilibre, sans qu'il soit nécessaire de recourir au droit. C'est une notion contingente et subjective, puisqu'elle soumet le justiciable à l'appréciation du juge. Aujourd'hui, le contenu de cette notion est discuté, et de nombreux auteurs proposent la fusion implicite de cette notion avec celle d'ordre public.[7]

 
PS 2: Merci à la Maison des gâteaux "Petits Beurre" pour cette aide volontaire

 


[1] http://www.rfi.fr/actuen/articles/115/article_4334.asp

[2]http://hendayecitoyens.over-blog.com/article-33767040.html

[3] http://combatsdroitshomme.blog.lemonde.fr/2009/04/22/l%E2%80%99exposition-our-body-interdite-cadavres-exquis-s%E2%80%99indigner-ou-non-par-mathieu-touzeil-divina/

[4] By SCOTT SAYARE/Published: August 26, 2009 - http://www.nytimes.com/2009/08/27/arts/27iht-rap.html

[5]http://ch.altermedia.info/gnral/humoriste-franais-accus-dantismitisme_221.html

[6] A voir ABSOLUMENT http://www.dailymotion.com/video/xkfts_balkany-piege-par-les-yes-men_news

[7] http://fr.wikipedia.org/wiki/Bonnes_m%C5%93urs

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents