Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


- Football ? Non ! Fou de balle –

Publié par GéZé sur 29 Août 2009, 07:49am

Catégories : #Un Con-Pétant!

« Du lourd pour les clubs français en Ligue des champions."

FOOTBALL - Les clubs français ont attrapé du lourd, jeudi au tirage au sort de la phase de poules de la Ligue des champions. »[1]

... Ah le Foot ! Si y’avait pas ça qu’est ce qu’on se ferait chier ! Ca ne fini jamais quand ça recommence.

  ... Mais parlons-en du FOOT...

 

Son Histoire :
Il faut remonter aux origines de l’humanité ; Les spécialistes s’accordent sur le fait qu’Adam et Eve firent la 1ère partie, c’est d’ailleurs écrit dans la Genèse. Eve qui était une meuf sympa tendit à Adam une balle, et vla ti pas que ce couillon au lieu de prendre la baballe dans ses menottes, balance un grand coup de pied dedans !  Dieu, qu’était dans le corner du coin pris les boules, et les deux se firent interdire de vestiaire paradisiaque pour une durée indéterminée. Le serpent qui se baladait par là, se retrouva arbitre, et siffla, et siffla...

Il se passa plein-plein de mi-temps, plein de mi-temps...

La descendance de la descendance d’Adam et Eve donna naissance à un petit être névropathe. C'était un petit gars malingre au caractère teigneux manifestant un vrai talent pour expliciter toute la hargne de sa complexion en frappant du pied tout ce qui traînait à terre. Ses petits camarades ne l'aimaient guère, car ils redoutaient d'être la cible de ses tirs et ainsi pour s’en défendre retournaient-ils à l’envoyeur de la manière comme avec une balle ; ils l’avaient tous surnommé le « fou de balle » ! Ainsi était née une activité ludiciel en partant d’un « cas sarcotique »  – le fou de balle -

 

Glissement sémantique – De fou de balle à  Football –

Au début comme conté plus haut, le petit mec hargneux vivait en Gaule, un jour en voyage officiel chez les Rosbifs, il fait une fois de plus un caca nerveux et balance dans les pattes de la Reine Babette un grand coup de pied ; La reine - Oh ! My FOOT ! L’autre qu’est toujours en rogne - Pas de bol pour ton foot mémère ! La Queen entend ball pour bol, et comme elle est So British elle sort - Oh ! My foot ball ! Ben voilà, le truc était né ! Le FootBall

 

Le FootBall dans sa « réalité »

Quand une équipe perd, elle considère qu'elle a gagnée parce que sa défaite n'est pas aussi lourde que ce qu'elle avait prévu; quand une équipe gagne, elle estime qu'elle a perdue puisque sa victoire n'est pas assez éclatante à son goût; quand la partie est nulle, soit les équipes pensent avoir gagnées parce qu'elles n'ont pas perdues, soit l'inverse ou son opposé.

 

N'essayez pas de comprendre, encore moins d'expliquer que ce sport subtil remplit une fonction esthético particulière dans le continuum onirico car vous y gâcheriez votre vitalité et votre effervescence intellectuelle… La prolifération des compétitions et leurs organisations Ubuescos-Kafkaïennes constituent l'un des effets les plus visibles de cette confusion : on recense des équipes de bambines à gérontes en amateurs, semi-amateurs, semi- professionnelles, professionnelles, de ligues, départementales, interdépartementales, régionales, interrégionales, nationales, d'honneur, de troisième, de deuxième, de premières divisions. Ils appellent ça des POULES ? D’ailleurs leur emblème est le Coq ! C’est un bocson redoutable où un macaque n’y retrouverait pas ses poussins...

Pour les compétitions, cela relève du délire maniaco-dépressif suraigu : pour toutes les catégories d'équipes décrites plus haut, on prévoit des matchs amicaux (ce qui peut laisser penser qu'il existe également des matchs inamicaux, voire franchement hostiles, voir meurtriers), des coupes, des championnats, des championnats de championnats, des coupes de coupes, des championnats de coupes et des coupes de championnats, continentaux, intercontinentaux, mondiaux, et peut-être bientôt interplanétaires et intergalactiques. Une inflation vertigineuse qui relègue l’œuvre de Proust à un aimable SMS en Serbo-couac-couac.

Tant et si bien qu'à la fin, tout le monde peut gagner, mais personne ne peut gagner : si tout le monde est gagnant, personne n'est gagnant, donc tout le monde est perdant, et si tout le monde est perdant, en vérité personne n'a perdu, puisque la défaite suppose nécessairement la victoire et inversement, et ainsi de suite jusqu'à toujours...

... Crevant le foot rien que d’y penser...

 

Qu’est-ce un « mâche de fou de balle » ?

Un Mâche, c’est les dégradantes contorsions manchotes d’hordes encaleçonnées sudoripares qui se disputent sur un gazon verdâtre l'honneur minuscule d'être champion ou vingt cœurs. 20 cœurs pour 22 joueurs ? Avec 1 esprit d’équipe ? Vous m’en direz tant mon Pelé... Et pis ya un mec en noir qui courre dans tous les sens complètement perdu et qui siffle ; Il siffle vachement en colère qu’il balance des bouts de carton ; les rouges surtout foutent en rogne les joueurs qui partent du terrain parc’ que veulent plus jouer, na ! C’est Mâtche ou crève ma Poule !

 

Je dois dire que l’entéléchie n’est pas de mise car comment pourrait percevoir l'esthète de base une beauté infinie dans ces trottinements patauds de vingt-deux velus qui poussent une balle avé le foot comme on pousse un étron, en ahanant des râles vulgaires de bœufs éteints. Quel olibrius en rut oserait manifester publiquement sa libido en s'enlaçant frénétiquement comme ils le font par paquets de huit, à grands coups de pattes grasses et mouillées, en ululant des gutturalités simiesques à choquer un chanoine pédophile lorsqu’un but est entré ; D’ailleurs pourquoi pas sorti ? « Il a sorti un but ! » Ca sonne mieux non ?

Pierre Desproges disait « Voilà bien la différence entre le singe et le footballeur. Le premier a trop de mains ou pas assez de pieds pour s'abaisser à jouer au football. »

 

Saison 2009 – 2010 de FootBall

Ouais, ça fonctionne en saison ; Pas 4 non, UNE ! Plus facile à retenir avec ces p’tites cervelattes qu’ont faits plein d’têtes pour marquer le bu-but dans la lucarne...

 

Comme on le voit, ce jeu crée et entretient des aberrations langagières qui se nourrissent mutuellement les unes des autres en donnant corps à un système hyper structuré et bouffi de lui-même, dont la finalité ultime est à ce jour, tel un trou noir ou un siphon de bidet, d'engloutir les individus qui s'en approchent.  J’ai d’ailleurs personnellement observé que le jargon de ce jeu révélait des refoulements - aussi notoires que caractérisés - des activités qui font la joie et le bonheur de tout être humain normalement constitué. Ainsi des expressions telles que « c'est la séance des tirs au but » peuvent être contre pétrées en « c'est la séance des bites au rut », ou bien encore « le coup atteint son but » en « le bout atteint son cul » et ainsi de suite...

 

... Suite dans mes idées tient... C’est que les jours de match, les femmes, « les poules » restent au « poulailler » mes supporters bien-aimés qui regardez La Poule de coupe d’Europe...

C’est surtout pour les « grandes rencontres », là où les arsouilles du jeu et autres, gouapes et frapadingues en tous genres vibrez aux stades ou devant la tvé ou vous éclusez maintes cervoises dans des estaminets avé les « commentators » touchant l’ultimum des « cestavousbernard ! » Moi, Moi, je recherche la compagnie des femmes ces soirs là... Surtout celle des vôtres que je ne rechigne pas à culbuter sur votre marital canapé... Madame d’ailleurs qu’est pudibonde enlève sa bague en même temps que sa culotte tout en tournant vers le mur la photo de mariage et juste avant la grande offensive elle me dit : « L’est devenu impuissant avec son foot c’connard! »

... Et, de source ainsi je recrée la première mi-temps entre Adam et Eve… La vie est un cycle rond mes footBalleux cocus, avec des idées et des formes courbes, tel un ballon de foot non ?


Georges ZETER - Le Père Siffleur
- GéZé/08/09/ - Les Ediles c’est comme les Idoles, ça va ca vient...
(Confucius et moi)

 

Sources pour cet article... Rien ! Qu’un ras l’foot-bol !

 

PS : Quelques mises au point sont nécessoires : Bien sur l’euphémisme « les poules au poulailler » pour définir ces Dames, n’est en rien pour moi la définition que j’eusse eu souhaitâtes... Mais Bigard qu’était là en train d’uriner dans le lavabo de ma salle de bain, et pour lui faire plaisir, j’ai connement voulu l’imiter ; n’ayant pas son talent et son sens de la délicatesse, démontré par le Sieurs Bigard, je vous présente donc mes plus oblatives excuses Mesdames, épouses « bien » aimées de supporters. Quant au « marital canapé », là, où je suis supposé faire et défaire des « choses » inavouables... Alors si elles sont « inavouables » ? Ben t’en saura rien spèce d’obsédé dégeu !

 



[1]http://www.libelyon.fr/info/2009/08/lourd-en-ligue-des-champions-pour-les-clubs-fran%C3%A7ais.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents