Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien... Exceptée la réalité


Médicaments : Rupture de stock... Mon œil !!!

Publié par Georges L. Zeter sur 30 Octobre 2018, 09:29am

Catégories : #xxx

Médicaments : Rupture de stock... Mon œil !!!

Grands titres depuis quelques jours : « Pénurie de médicaments : les ruptures de stock se répètent et s'amplifient »[1] D'après l'Ordre des Pharmaciens les causes de ruptures sont dues à :

- La capacité de production insuffisante et retard de production.

- L’incapacité de production (manque de matières premières responsable de 17% des ruptures selon l’ANSM).

- Les 70 % des molécules permettant de fabriquer les traitements, sont produits aux États-Unis ou en Asie et sur un nombre restreint de sites.

Le phénomène est aggravé par le principe des flux tendus :

- pour éviter les coûts liés aux stocks, les laboratoires réduisent ceux-ci au maximum, alors que la demande mondiale augmente. L'Ordre cite aussi la mondialisation de la demande et la libre circulation des biens : quand les quantités de médicaments sont trop limitées et la demande tendue, les laboratoires préfèrent vendre aux pays les plus offrants...

Les « coupables » donc seraient les labos produisant les molécules et les labos produisant les médicaments. Simple non ? Ainsi, l'Ordre des Pharmaciens demande de regarder ailleurs... Pourtant, ya...

... Un cheval de Troie bien planqué.

... Et inconnu du public : Les répartiteurs pharmaceutiques.[2]

Mais qu’est-ce donc ? Une organisation très bien structurée qui se place entre la production et la distribution au détail des médocs ; en anglais ce serait « the middleman » en français : « l’interface ». Ces répartiteurs seraient ce que sont les centrales d’achats de la grande distribution, et lorsqu’on connaît leurs méthodes...

- Dans les 20 milliards de chiffre d’affaire annuel, employant 12.000 salariés, 190 sites de stockage sur tout le territoire, et qui distribuent 25.000 références de médocs aux 22.561 pharmacies. Il y a une chambre des répartiteurs pharmaceutiques, le CSRP, avec un président, l’honorable Olivier Bronchain.

La Chambre syndicale de la répartition pharmaceutique et l’ordre des pharmaciens sont intimement liés et interdépendants. Depuis quelques années le 1er nommé est en « pourparlers » plutôt en guerre larvée avec les autorités qui chapeaute la santé ; Pourquoi ? Gagne pas assez de sous selon ces bienfaiteurs de l’humanité...Malade.

Les pharmaciens les accusent du bouts des lèvres, de contrôler le robinet de la distribution, et d’ouvrir ou fermer lorsque ça les arrange ; parfois même ils sont accusés de vendre leurs stocks à d’autres pays européens qui payent bien mieux...Mais chut ! Car il faut garder de bons rapports avec cette « interface » pour ne pas s’en prendre une de baffe dans la face !  

Il y a même de gentilles campagnes bien ficelées au niveau com. Exemple :[3] « Le (CSRP) et l’Association de pharmacie rurale (APR) unissent leurs forces pour lutter contre les possibles déserts pharmaceutiques et la menace qu’ils font peser sur l’égalité d’accès aux médicaments partout en France, en particulier dans les zones reculées où les officines rurales sont en première ligne. Albin Dumas, président de l’APR, explique que les sorts de la répartition et de la pharmacie rurale sont liés : « Pour maintenir un réseau de proximité aussi développé en zone rurale, la pharmacie a besoin d’une répartition en bonne santé, la solidarité est nécessaire entre nos deux professions et elle s’exprime aujourd’hui au travers de cette mesure d’alerte »...Jusqu’à là mère Theresa n’aurait pas à rougir, car ils nous parlent de  l’intérêts du bien être public, puis... Embrayage sur le rayon pépettes : « malgré les tensions économiques que traversent nos deux professions. Le respect par les répartiteurs de leurs obligations de service public doit se traduire par une revalorisation de leur modèle économique. », et l’acolyte, la CSRP par la voix du président Bronchain embraye aussi vent debout : « sans refonte du système de rémunération, les conséquences seront lourdes pour les patients, l’égalité d’accès au médicament sur tout le territoire sera remise en cause, la sécurité d’accès ne pourra plus être garantie dans les mêmes conditions, les risques de rupture de stock seront accrus »...Je ne sais pas si vous êtes comme moi, mais il y aurait comme de la menace sous-jacente ou me trompes-je ? Je n’irais pas jusqu’à chantage mais, mais... Un « truc » à 20 milliards ça a du poids non ? En comparaison, Air France fait le double 40 milliards, mais pour combien de conflits ? De chemises arrachées, de pilotes qui restent sur le tarmac, de PDG virés...Avec la CRSP, pas un mot au dessus de l’autre, inconnu au bataillon pour le quidam qui avale la potion. Un bon business c’est comme avec la mafia : moins on en parle plus c’est implanté et efficace.Médicament

Rupture d’approvisionnement et rupture de stock[4]

Dans le 1er cas la France ne peut pas faire grand chose puisqu’elle a perdu son autonomie de fabrication particulièrement en ce qui concerne les molécules venant des U.S et d’Asie.

Dans le second cas, oui, il y a possibilité de réguler, encore faudrait-il contrôler la distribution qui dépend du stockage et de la logistique. Cela fait 10 ans qu’il y a une augmentation du nombre de pénuries exponentielle, et cela empire !

Pourtant des accords d’obligations de distribution ont été signés entre l’état et les distributeurs. Mais, encore faut il qu’ils s’exécutent. Et là, c’est l’Europe qui parle en 1er avec la libre circulation des biens et marchandises, d’autant, que les grands du secteurs ne sont pas français mais fortement implantés chez nous :

- Groupe Celesio : un Allemand, 33% du marché français et 23% du marché européen.

- Groupe Alliance Boot : un Suisse, 20% du marché français et 20% du marché européen.

- Group Phoenix : un Anglais, 8% du marché français et 17% du marché européen.

- Organisation européenne SECOF : Avec des membres de l’Europe, 20% du marché français.

Ces 4 là représentent 81% du marché national et les 2 tiers du marché européen...[5] En clair, les français ont été mis dehors de chez eux et ne sont plus maitre de rien, malgré les rodomontades et autres grandes gestuelles à effets de manche.   

-------------------------------------------

Le sénat le 2 octobre dernier s’est alarmé (enfin) de la pénurie de médicaments :[6] « le phénomène est largement sous-estimé (tu parles Charles) dans le débat public, le phénomène des pénuries de médicaments est pourtant de plus en plus prégnant et entraîne, outre des conséquences sanitaires majeures, des risques financiers importants à tous les niveaux de la chaîne du médicament » Peuvent pas s’en empêcher de mentionner le fric lorsque l’on parle de santé public, MARRE !!! 

Je vais terminer en citant l’Agnès Buzyn,[7] qui a mon avis est la pire ministre de la santé de ces 50 dernières années tant elle est à tous crins du coté du manche.

Donc au sujet de la pénurie voici son « analyse » : « c’est un problème international à régler avec l'industrie pharmaceutique » Un élève de 6eme n’aurait pas fait mieux non ? J’ai joint une vidéo où on l’entend débiter ses mots clés en langues de boua. 

- « Les leviers d'intervention sont très nombreux ». « Ça n'est pas du tout un problème français mais un problème mondial. Tous les pays souffrent de cela » Lorsque l’on sait que la France a totalement perdu la maitrise de sa fabrication et de sa distribution cela est bien un « problème français » qui malheureusement n’a pour ainsi dire plus de « leviers d’intervention ».

- « donc quand il y a un problème dans une usine de fabrication, il y a rupture de stock. Ça peut aussi concerner des médicaments anciens que l'industrie pharmaceutique n'a plus beaucoup d'intérêt à produire. Ou encore des difficultés dans une usine, avec un incendie par exemple ». La France dépend des ruptures de stock car elle s’est laissée coloniser pharmateuciquement parlant par deux autres continents, et concernant la distribution, par l’Europe, donc Agnès soit tu es d’une ignorance abyssale soit une faux derch terrestre. Sans compter que tu admets benoitement alors que tu es médecin que l’industrie (quel vilain mot pour la santé) que l’industrie pharma laisse tomber des médocs qui ne rapportent pas assez...Ceux du Palu entres autres qui pourtant pouvaient sauver des millions de gens...De pays pauvres. Franchement quand je l’entends et la voit celle là, des baffes, des baffes, mais des Panzani (al denté)!

Résumons : Ceux qui sont pointés du doigts, ne sont pas ceux qui crée la pénurie, et n’oubliez pas chers malades sans médoc : ce qui est rare est cher !!! Il ne vous reste plus qu’à aller ramasser des plantes, voir le rebouteux du coin, faire la danse à la lune ou invoquer les dieu païens... Ah ! Espoir...

 

Georges Zeter/octobre 2018

 

 

 

Vidéo : Pourquoi certains médicaments sont en rupture de stock dans les pharmacies ?

https://www.youtube.com/watch?v=l9YwsPrK46o

 

Vidéo : Buzyn 

http://www.europe1.fr/politique/penurie-de-medicaments-un-probleme-international-a-regler-avec-lindustrie-pharmaceutique-selon-agnes-buzyn-3769193

 

(Merci à Hergé pour la couverture de COKE EN STOCK)

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents