Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien... Exceptée la réalité


Bébés nés sans bras : Motus !!!

Publié par Georges L. Zeter sur 28 Octobre 2018, 16:49pm

Catégories : #xxx

Bébés nés sans bras : Motus !!!

Tout le monde joue les étonnés en France: « Nous ne savions pas », « Nous allons mener une enquête approfondie » et blablabla...Il suffit d’aller sur des sites américains, où au moins là est nommé un chat, un chat. Ils ont même un surnom ces babies sans bras : the Immokalee babies,[1] du nom d’une bourgade de Floride spécialisée dans la culture de la tomate intensive, et donc arrosée de pesticides. Le lien a été fait entre la grossesses des mères, les malformations des bébés et les produits toxiques, appelés pour ne pas faire peur « phytosanitaires ». L’histoire qui a mis sur la carte ce bled au nom imprononçable fut qu’à noël, il y a 15 ans, 3 jeunes femmes en bonne santé en l’espace de 7 semaines ont accouché.

- La première donna vie à un garçon appelé Carlitos, qui à sa naissance avait une maladie extrêmement rare appelée Syndrome de Tétraamelia, qui le laissa sans bras ni jambes.

- La seconde accoucha d’un garçon nommé Jésus qui avait le syndrome Pierre Robin Séquence : une déformation de la mâchoire inférieure. En conséquence, sa langue risquait constamment de retomber dans sa gorge, ce qui l'exposait à un risque d'étouffement. Le bébé devait se nourrir par un tube en plastique.

- La troisième, eu un garçon nommé Jorge. Il avait une seule oreille, pas de nez, un rein, pas d'anus et aucun organe sexuel visible. Quelques heures plus tard, après un examen approfondi, les médecins déterminèrent que Jorge était une fille. Ses parents le renommèrent Violeta. Ses anomalies congénitales étaient si graves qu'elle ne pu survivre que trois jours.

Une organisation gouvernementale américaine, le CDC (Center for Desease Control and Prévention) écrit noir sur blanc :

- « Certains pesticides ont été associés dans des études sur les humains à des problèmes tels que : les fausses couches, les anomalies congénitales et les troubles d’apprentissage ou du développement chez les enfant (autisme). Certains pesticides peuvent également passer dans le lait maternel. »[2] On ne peut être plus clair non ? Pourtant ailleurs...

Traversons l’atlantique et atterrissons dans le département de l’Ain.[3] Depuis dix ans, dans trois communes y sont recensés des cas d'enfants, nés avec des anomalies des membres supérieurs. Et là, car nous sommes en France le pays qui a vu le nuage de Tchernobyl contourner ses frontières « Simple hasard ou conséquence d’une exposition aux pesticides ? Certains scientifiques alertent sur un possible scandale sanitaire. » Hey ! les gars, il suffit d’aller consulter en anglais ! Je sais, ce n’est pas la langue favorite du gaulois, mais là nous parlons « d’hommes/femmes de science », bien souvent directement ou indirectement salariés des labos producteurs de cette chimie...Ah, collusion quand tu nous tient !!!

Le signalement a été réalisé par les parents de sept enfants, nés entre 2009 et 2014, résidents tous dans un périmètre de 17 km en territoire rural. Ici, le nombre de cas de malformations, rapporté au nombre de naissances, est 50 fois plus élevé que la normale. C’est ce qu’on appelle, en termes scientifiques, un "cluster", une accumulation de cas inhabituels. On a trouvé le même type de situation en Loire-Atlantique et en Bretagne.

Selon Santé Publique France : l’organisme d’état estime que la multiplication de ces enfants nés avec une anomalie est sans doute le fruit du hasard ou d’origine inconnue. A l’opposé le Registre des malformations de Rhône-Alpes et sa directrice, l’épidémiologiste Emmanuelle Amar, conteste ces affirmations. « Exactement la même malformation, ça ne s'est jamais passé dans l'histoire des malformations"-"La probabilité que ça soit liée au hasard est plus qu'infinitésimale. On est face à un plausible scandale sanitaire. »[4] Quant au sérieux pris concernant ce drame : il n’y a eu qu’une seule réunion nationale entre tous les services concernés. Elle a eu lieu en 2016, et d’après le compte-rendu que France info s’est procuré, c’était une réunion houleuse. Les participants n’étaient pas d’accord entre eux. Emmanuelle Amar était pour « il faut réunir des spécialistes pour définir de quel type d'études nous avons besoin pour ce type de signalements. » en réponse elle obtint : « on ne veut pas savoir quel type d'études car on ne veut pas faire d'études ». Ne pas perdre de vue qu’en notre pays les labos pharmas, chimiques (fabricants d’armes) ont les deux oreilles de tous les présidents présent et passé : se rappeler les scandales, le sang contaminé, suite à la distribution de lots sanguins infectés par le virus du SIDA, le scandale de l'amiante, dû à son utilisation en connaissance de sa dangerosité, le scandale de l'Isoméride, un coupe-faim engendrant de graves problèmes de santé, le scandale du Médiator, un médicament ayant causé des centaines de morts, le scandale de la Dépakine, un traitement ayant provoqué de graves handicaps chez les enfants, le dernier en date : le Levothyrox.[5] Et j’en passe car la liste est longue...Donc, avoir sur les bras (sans mauvais jeu de mot) la responsabilité de la malformation de quelques bébés, doit passer dans la colonne des profits et pertes...C’est dégueulasse de l’écrire mais c’est ainsi, d’où le courroux de toutes ces familles se sentant humiliées et impuissantes.

----------------------------------------------

Comment s’est résolu le cas des the Immokalee babies ? ben avec du fric. Une « class action » ou action de groupe a réussi à obtenir une « Civil litigation », ou si vous préférez un « petit arrangement à l’amiable » qui, en payant beaucoup (en millions de dollars), les plaignants s’engagent à la boucler : money can buy  le silence !!! Chez nous, ben, même si le tribunal finalement condamnait les fabricants de pesticides, cela prendrait des années pour au final obtenir des clopinettes ; Voir les malheureux de l’amiante et leurs vingt milles euros chacun après des décennies de combat... 

La différence fondamentales entre les States et chez nous, c’est que le juges tapent très dur au porte monnaie les grossiums ; chez nous ils sont intouchables ; comme sous Obama : Yes we can ! chez nous ce serait : « Yes allez vous faire foutre ! » De toutes manières ces gros Monsanto, Bayer, Sanofi, Berk et autres peuvent s’en sortir avec leurs armées d’avocats spécialisés. Mais surtout leurs connections au plus haut niveau de l’état.

La ministre de la santé Agnès Buzyn est en 1ere ligne pour freiner des quatre fers. Pourquoi le service Santé Publique France qui dépend du ministère de la santé, arrête-t-il son enquête sur « le mystère » des bébés sans bras ? Et comment se fait-il que la ministre, ne s’exprime pas sur ce sujet ? S’interrogent deux ex ministres de l’écologie que sont Delphine Batho et Corinne Lepage. La députée européenne Michèle Rivasi (EELV), spécialiste des questions d’environnement, est très critique elle aussi : « Je demande que Santé publique France reconnaisse qu’il a fait une erreur. Il est incompréhensible qu’il ne prenne pas en compte les 7 cas d’enfants nés mal formés dans l’Ain qui l’ont été dans un rayon très réduit de 17 km ». « Et il faudrait vraiment en chercher les causes : s’agit-il des pesticides ? De produits chimiques ? Du nucléaire ? Ou d’une autre raison ? On a l’impression que l’État fait tout pour étouffer l’affaire. » Et « l’état » enfonce le clou en s’en prenant à Emmanuelle Amar, (citée plus haut), directrice de la structure qui recense les malformations dans la région Rhône-Alpes, et qui fait l’objet d’une procédure de licenciement, de même que les cinq personnes qui travaillent avec elle au sein de l’association. Un fois de plus une « lanceuse d’alerte » va payer très cher sa volonté de faire bien et avancer les choses... Le plus croquignolet c’est que le mari d’Agnès Buzyn, la sinistre de la santé est dans le coup, car c’est lui, Yves Lévy qui était à la tête de l’Inserm,  l’organisme qui a pris la décision de licencier… »[6]

-----------------------------------

Et le cœur des faux culs est En Marche depuis que cette histoire fait du ramdam sur les réseaux sociaux :

- Toujours cette épouvantable Agnès Buzyn[7] qui par en dessous démolie toutes possibilités d’aboutir, mais bien hypocritement annonce : « On ne peut pas se satisfaire de dire qu'on n'a pas trouvé de causes, c'est insupportable. » 

- Le ministre de la Transition écologique, François de Rugy, écolo du dimanche, « nous avons décidé de relancer une enquête » - « Bébés nés sans bras : s'en remettre à la fatalité n'est pas acceptable ! »

- Le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume lui n’a pas encore pigé d’où venait le vent... Il a déclaré que : « les scientifiques devraient faire la preuve que l’usage des pesticides avait des conséquences sur la santé, dans l’affaire des bébés nés sans bras. »[8]

La sénatrice écologiste Esther Benbassa sur Twitter la présenté comme : «  Le nouveau ministre des pesticides. On attend toujours la nomination d’un ministre de l’agriculture ». Mais qu’est ce qu’on se poil !!!

Tout cette tambouille en famille de l’ancien monde, insipide et perfide, est chapeautée et téléguidée par le grand timonier Mcron... Mais qui en d’autre part reçoit régulièrement les PDG des grands labos en son palais de lupanar-Elysée. La main droite ne sait pas ce que fait la gauche et vis et versa... Jeux de main, oui demain...On verra.

En attendant des bébés naissent avec des malformations qui handicaperont leur vie. Des mères se sentant mal, car, en donnant naissance à un enfant « malformé » cela suscite chez ces femmes bien souvent un sentiment coupable qui les habitera à vie. Des parents qui devront se battre pour trouver des écoles adéquats afin qu’ils aient une scolarité normale, dans un pays très pauvres en structures accueillantes. Ceux qui en auront les moyens d’envoyer leurs petits en Suisse ou Belgique très bien, quant aux autres, achetez des mouchoirs... Et pendant ce temps là, CHAMPAGNE à la louche et caviar en magnums ! Les actionnaires se gavent à en crever, se vautrant sur des amas d’or. Picsou président qu’ils souhaitaient ? Les Rapetous ont eu raison : Leurs rêves d’irréalité est devenu LA réalité !

 

Georges Zeter/octobre 2018

 

Vidéo : Toxic pesticide protects crops but attacks humans

 https://www.youtube.com/watch?v=XuaVkpGrhZY

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents