Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


MILAN EXPO 2015 : J'EXPOSE !

Publié par Georges L. Zeter sur 9 Mai 2015, 08:51am

Catégories : #xx

MILAN EXPO 2015 : J'EXPOSE !

Il n'y avait que les Italiens pour montrer durant l'Exposition Universelle de Milan 2015, une statue d'un exhibitionniste, queue au vent, langue pendante et yeux en billes de loto. J'adore ! Il n'y a que ce peuple ancien qui sait mettre les choses en perspective, du moins à leurs places; celle du rire et de la dérision et rappeler incidemment qu'avec toutes nos technologies, et nos savoirs, nous ne sommes aussi, que des pauvres bêtes concupiscentes. Mais que font les senseurs? C'est certain, qu'Obama après m'avoir lu, ne foutra pas les pieds dans l'antre des associés Sodome et Gomorrhe; La ligue des culs coincés cathos et des manifs pour tous non plus, vade et retro satanas-ananas! Je paris fort, que bientôt cette œuvre, à l'échelle 1, va avoir un sacré succès avec des Shelfies tournant en boucle autour de la planète; pourtant, "la chose" est planquée dans un fourré, comme d'ailleurs c'est logique pour ce genre "d'activité" de plein air: le pervers tapis dans le sous bois, et hop, sort en montrant ses tristes attributs lorsque l'oiselle au détour du chemin voit... Sexus Plexus i commedia dell'arte!

Sinon à part rigoler

J'ai adoré ce raout. D'accord, il est conseillé d'être un bon marcheur, d'avoir les deux yeux en face des trous, et d'aimer l'architecture, les idées novatrices, les odeurs de bouffe qui se mélangent, les bruits, les musiques qui "s'entrelacent", le temps qui varie du beau, à l'orageux, du lourd jusqu'à frisquet. Sinon, quelle bonne humeur et quel accueil.

Quelques conseils pratiques

Ce n'est que mon expérience, alors à prendre avec circonspection ou du moins avec circoncision (lol)

Ne pas aller à l'hôtel dans Milan: hors de prix, embouteillages. Comme je suis venu en voiture, j'ai trouvé un petit hôtel à 45 euros la nuit avec petit déjeuné buffet compris dans un bled nommé Cesano Maderno, c'est à 20 km de la ville. 

Ce que j'aime en Italie, et dieu sait si j'y suis venu moult fois, c'est cette capacité à toujours être accueillant, souriant, arrangeant; "tutto va béné!" ; bref, très sympa.  Mon hôtelier du jour à Groane Hotel Residence n'a pas tiqué lorsque je suis arrivé à 10 heures du matin, alors que les chambres se loue à partir de 14 heures... En plus, comme j'ai "attendu" 10 minutes, il m'a offert un expresso...  

Pour conduire de cet hôtel au site de l'Expo, je devais aller plein sud sur environ 15 km; à Rho. Assez rapidement c'est indiqué, et je recommande de prendre un parking pour la journée, c'est 12,5 euros. Un bus navette après 20 minutes vous dépose devant une des 4 entrées. Acheter son billet, 39 euros, passer les portiques de sécurité et voilà.  Marches toute!

On pourra toujours se dire que ce gaspillage d'argent surtout pour certains pays très pauvres, qui pourtant ont leur bâtiment expo, relève une fois de + de la mégalomanie des dirigeants de tous les pays du monde, tenez vous la main; vous avez raison! Continuons: ce que j'ai le plus apprécié c'est la gentillesse, et l'esprit de vouloir bien faire de tous ces jeunes Italiens qui travaillent sur le site en majorité avec l'apport d'étrangers. L'anglais n'est pas le fort de ce peuple, mais est compensé par le charme latin, le sourire et le vouloir rire: avec ça tout est pardonnable.

Et qui une fois de + se particularise... Les français! Oui, je sais, j'ai toujours un discours anti français; je n'y peux rien, j'en souffre pourtant et je me soigne à coups de visites en Italie.

Le pavillon de la France, tout en bois trône au milieu d'un jardin potager. C'est bien, c'est beau, sauf que... Si vous voulez y entrer dans ce pavillon vous serez Obligé de passer par le labyrinthe du dit jardin... Cela pour vous forcer à observer les plantes qui poussent...Il n'a a pas d'autre alternative, point, c'est comme ça! Alors que partout ailleurs on entre et sort comme dans une auberge espagnole, ben, ici non! "Tu vas les regarder ces plantes ducon!" Toujours la contrainte, toujours vouloir instruire les masses contre leur volonté (nous zavons les moyens de vous faire bensser artchung!" : Nos grands penseurs énarquois sont là pour ça; prévoir nos lacunes et y remédier. Je ne suis pas rentré dans le pavillon France et savez vous quoi? J'ai survécu! Pour la petite histoire j'ai discuté longuement avec la jeune femme italienne, parlant un français sans accent qui est chargée de diriger les visiteurs par ce fameux potager; elle me disait que ce matin "ENCORE", un ministre était venu; bloquant toutes les issues et ainsi se faisant sa petite visite en solo... Nos maitres se déplacent avec l'aréopage et ca me donne de l'aérophage.  Cette expo va certainement être l'occasion une fois de + pour n'importe quel gnome élu ou nommé de venir faire son important aux frais de la république... D'ailleurs au lieu d'un truc en bois, le pavillon français devrait être une énorme banane; ben oui, république bananière oblige...

Derrière le décors, la réalité

Dans cette Expo, il y a une foultitude de petites mains, qui ramasse, trie, nettoie, certainement les anciens ouvriers de ce bassin d'industrie...

Louer une chambre hors des sentiers battus, c'est aussi voir l'arrière pays. C'est incroyable le nombre de friches industrielles à 20 km de Milan. Entre les anciennes usines, les anciens ateliers, tout s'écroule et est envahis par la végétation; un vrai retour à l'ère "forets insondables". Il y a aussi, ces immenses corps de ferme abandonnés, là, où il y a un siècle les propriétaires terriens avaient droit de vie et de mort sur les "paisanos"; (voir le film 1900 de Bertolucci); c'est d'un triste toutes ces vieilles pierres qui s'effondrent...

Alors pour compenser, il y a comme chez nous des ronds points tous les 500 mètres, des Carrefour tous les 10 km et des fastfoods tous les hectomètres. Le paradis sur terre recréé quoi.

Comme chaque fois où je vais en Italie, je me dis que je devrais trouver un job de prof d'anglais, même sachant que tout n'est pas facile, que tout fonctionne avec le "piston", "conbination", que les italiens vivent en clan et pour ne pas à se prendre la tête disent toujours ce que vous voulez entendre; que les gens sont malins, et donc, vont vous manœuvrer afin d'obtenir ce qu'ils veulent... Avec le sourire. Mais pourtant, pourtant, ils me donnent foi en l'humanité: celle qui rit de tout. Et puis, il y a les "ragazzas, bellisimas !"... Tutto béné!

Gracié millé!

 

Georges Zeter/Mai 2015

ps: les photos de l'expo sont sur mon compte facebook

 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents