Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


Route Napoléon: Hallucinations

Publié par Georges L. Zeter sur 3 Mars 2015, 15:45pm

Catégories : #xx

Route Napoléon: Hallucinations

Aujourd'hui: Rouler et gravir la route Napoléon et croiser des soldats de l'empereur en chair et en os avec le barda à dos, ahanant sous l'effort... Ah, les forts, les grognards; Allez fort ! C'est ce qui m'ait arrivé ce lundi 2 mars 2015.

Ca commence comme ça. Un trajet Cannes - Gap. Juste au dessus de Grasse, je me gare afin de prendre en photo le panorama lumineux. Il y a un petit bonhomme moustachu, pas tout jeune, jouant de le flute... A coté de lui une 500 Royal Enfield fabriquée en Inde. Il se trouve que j'ai vécu une année dans ce pays et connais cette bécane pour l'avoir piloté ; je l'interpelle pour lui demander si c'est sa machine? Comme réponse j'obtiens : "Savez vous si l'empereur à quitté Golf Juan? "; Ne perdant jamais mes compostions et me sentant plus de joie car j'aime les gentils fous, je lui rétorque que: "L'empereur est tombé en panne sèche avec son 4x4" dans la côte, mais devrait arriver bientôt si la crise du pétrole cesse ". Ah le doux dingue joueur de flute et inquiet pour l'empereur... Et le moustachu un peu soupçonneux de me demander inquiet aussi " Vous allez bien ce matin ?" Ambiance... Au final, et mort de rire, je découvre qu'il ouvre la voie à la marche anniversaire des deux cents ans des "soldats" - Car jour pour jour, la montée de Napoléon de Golf Juan à Grenoble à partir du 1er mars 1815... Qui se nommera dans les books d'histoire "les 100 jours".  Saperlipopette, 200 ans déjà, ça passe comme ça casse vivo Napo !

Faut dire que partant de Cannes, où le vioque est majoritaire, où, il se bouclasse dans sa cahute valent des zillions, où il fout des chaines et cadenas pour interdire qui que ce soit d'entrer ; En faite (pas en fête) un monde concentrationnaire choisi de plein grès ou, triste à pleurer, il déambule ce vioque plein aux as, l'œil morose, torve, la fesse pamperisée, le dentier dans le porte monnaie et le Walker clignotant jusqu'au denier souffle. Putain, je hais ce bled friqué et ses miasmes sub-torrides. Et en +, faut voir comme ça conduit l'auto. Moi, ce touriste qui ne connais pas les routes sinueuses et paumées ; l'automobiliste local lui, voyant bien que je ne suis pas d'ici en regardant ma plaque, me colle pourtant à 3 centimètre du cul de bagnole, et, oui, klaxonne, me jette des doigts d'honneur et éructe en me doublant... Je vous dis pas les envies de meurtre devant tant de conneries humaines qui me chatouillent et me gratouillent. Sont comme ça dans le sud - CONS ; Que ce soit à Marseille où j'ai vécu ou sur la Côte, sont aussi immatures-cretins congénitaux en ce qui concerne "être et vivre avé les autres, conduire avé les autres"; De vrais barbares décervelés les "gonzes" de peuchère country.

Je continue: La montée de la route Napoléon. En haut d'un col, des soldats napoléoniens. Y'en a un qui tient une camera et qui me filme car "salut les soldats de l'empereur comment ça va?" On me répond joyeux, ils sont un peu crevé les bidasses, mais on sent qu'ils y croient. J'ai la mauvaise idée ensuite de les interpeler en anglais (oui, je suis taquin et alors comme dirait Dieudo?), et là, ça se ferme grave. Ils sont dans leur rôle à fond la caisse de munition, et j'ai intérêt à mettre les bouts si je ne veux pas être sous le feu de la mitraille... Pourquoi mes contemporains manquent-ils autant d'humour; marde Waterloo et patère.

Avant Castellane, le bled où il faut lever les yeux au ciel très haut, car l'église se perche à pas moins de 300 mètres du sol sur un pic vertigineux rocheux par rapport au village; Je croise la route d'un jeune mec habillé empire. Je demande ? "Allez vous faire toute la marche des soldats de l'empire?" Et lui de me dire "oui!" d'un trac.

J'adore. Car le mec y croit mordicus, qu'il faut sanctifier cette période, qu'il faut "la vivre" fortement jusqu'à y fondre 300 bornes à pinces sous les éléments du passages de 4 cols, d'un plateau. Il y a un vent terrible, des pluies éparses sèment des éléments de bourrasque. Un temps à rester chez soi. Sa conversation est intéressante; il m'apprend que le petit nounours sur sa poitrine est nommé "l'empire des ours", que beaucoup de soldats le portaient ; Qu'il porte le callot des gendarmes, et que sa grande pelisse s'appelle un burnous, ce qui n'a rien à voir avec le vêtement des arabes. Comme tout jeune homme il est habité par sa "foi", en ce qui le transporte. Pour moi, vieux, j'aime son regard éclairé, clair. Bonne route jeune homme, suis ta route !

Puis j'ai continué mon chemin, me suis arrêté sur des tombes de héros, morts pour la France, puis aie simplement entendu le son des arrêtes montagneuses qui craquaient vertigineuses...  Ainsi, la symphonies des blés.

Un beau voyage Napoléonien sans l'avoir prévu s'il fut.

Vive l'an péroreur.

Georges Zeter/Mars 2015

 

2 sites afin de connaitre ces amoureux marcheurs de l'empereur:

http://www.carreimperial.fr/

http://www.carreimperial.fr/

accéssoirement

http://www.route-napoleon.com/Haute-Provence/Castellane/Idees-Sejours/La-Voie-Imperiale-GR-R-406-Randonnee-itinerante-sur-les-traces-de-Napoleon

 

Route Napoléon: Hallucinations

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents