Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Georges L. ZETER

Georges L. ZETER

Ici tout va bien, exceptée la réalité - Here? Everything goes well, except reality.


Tennis : C’est la lutte finale… En Suisse !

Publié par Georges L. Zeter sur 20 Octobre 2014, 19:21pm

Catégories : #xx

Tennis : C’est la lutte finale… En Suisse !

Tennis : C’est la lutte finale… En Suisse !

Finale de coupe Davis 2014, Suisse – France du 21 au 23 novembre ….. Ah la coupe des vis et des vicieux abrités par les cieux accueillants du lac clément ! Alors que les membres des deux équipes vivent et prospèrent dans le même pays, mangent aux même auges et vivotent dans le même canton : G’neve comme ils disent ces bonnards de suissards.

Ces deux équipes, c’est 8 protagonistes (3 joueurs + 1 capitaine joueur), ils sont tous résidents et citoyens Suisse. « Nos » « Français » s’y sont refugiés pour la qualité de l’air, de vie, des cloches sur les vaches, des trous dans l’emmental et des francs suisses qui sonnent - sonnent ; Les Richard Gasquet et Gilles Simon, à Neuchâtel, Gaël Monfils à Trelex, et Jo-Wilfried Tsonga à La Rippe ; Julien Benneteau, Paul-Henri Mathieu et l’actuel sélectionneur Arnaud Clément, à Genève.

Et dire qu’ils devront ces français s’exiler en … France, à Lille pour jouer cette finale au stade Pierre Mauroy ; une vraie galère, que d’autant ils devront payer de lourds impôts ces pôvres chéris, car jouant sur le territoire national, ils ne peuvent y échapper comme le reste de l’année à cette ponction de Bercy. Dire qu’ils auraient pu jouer à Genève, juste un petit coup de voiture et hop ! je tape dans la baballe, j’encaisse le gros chèque que je gagne ou que je perde,  et à l’arrivée je casques 3 francs 6 sous au fisc local ! Chieurie de choix de la fédération de tennis pourtant drivée par un compatriote, Jean Gachassin, lui résident français à plein temps et ancien international de rugby. Ah, ces rugbymen et leur récent statut professionnel ; zont tout à apprendre du comment engranger les pépettes les Kings de la mêlée… Ah-oh malheur, devoir lâcher au moins 50% des bourses gagnées avec la sueur de nos fronts sur ce court de terre battue ocre, fait vraiment chier d’être franchouille, même si, bon d’accord, nous avons tous les joueurs bénéficiés des structures sport études, des stages préparatoires, des entraineurs nationaux, des circuits jeunes ; mais bon, on va pas être reconnaissant toute notre vie non ? Nos carrière sont courtes (faux ! souvent elles débutent en pro vers 16 ou 17 ans et se terminent vers 32 ou 34 ans ; donc, 20 ans qui rapportent) ; Sont en + des grosses pleurnichardes ces tennismen et tenniswomen ; un vrai mur des lamentations lorsqu’on en arrive à parler pognon.

Tiens, parlons en !

 

La Suisse c’est le pays de deux douceurs: les chocolats Lindt et « L'imposition d'après la dépense », également appelée « imposition à forfait »[1]. Ce régime d'imposition est ouvert aux ressortissants étrangers domiciliés en Suisse qui n'exercent pas d'activité rémunérée dans ce pays. Les personnes qui le choisissent sont imposées sur la base de leur train de vie.

L'impôt sur le revenu dont sont redevables ces personnes est assis sur leurs dépenses d'entretien courant, sachant que leur base minimale d'imposition est toujours au moins égale au quintuple de leurs frais de logement, valeur locative ou loyer.

En clair, ce pays fait du dumping fiscal pour attirer les richards de la planète.

Calculons : à la louche, 1 des joueurs déclare une valeur locative de 5.000 euros par mois de loyer, et multiplié par 4 et par 12 = 240.000 euros à payer aux impôts et basta !!!  Pas un fifrelins de + ; juste pour vous donner une idée, le Johnny à l’idée (fixe), en gagnait 3 millions ya 3 ans avait déboursé à peut près ça… En France avec un bon conseiller fiscal, ancien du fisc d’ailleurs, il aurait lâché au moins 1 bon million ! Mais me direz vous ! il lui restait 2 autres millions… Ben oui, d’où le motif de cet article à charge contre ces cloportes.

Quel prize money (prix en finances) est donné aux joueurs de coupe Davis ??? Oui, trois points d’interrogation. Car, officiellement, ils ne sont pas rémunérés, mais, mais ! Il y a 8.5 millions de dollares qui sont donnés par les sponsors durant les tours éliminatoires… Donc, comme d’hab, c’est sous la table et j’t’embrouille ! De +, les finalistes engrangent pas mal de points ATP, ce qui fait évoluer le classement du joueur, ce qui lui fait prendre de la valeur ; et donc, + de pépettes qui tombent dans l’escarcelle.

Ya pas mieux de laisser parler un joueur ; Joe Wilfrid Tsonga[2] qui habite en Helvétie, paie des impôts en France sur ses gains obtenus sur le territoire (pas + de 2 ou 3 tournois par an). Sa position est claire : « Je fais encore ce que je veux. Tant que c’est dans les règles. » Les joueurs peuvent déduire de leurs impôts tous leurs frais professionnels, dont les déplacements, qu’ils paient dans leur totalité. Ce joueur décide de son encadrement : entraîneur, kiné, préparateur physique. Si l’entraîneur est privé (et donc pas fédéral), il est pleinement à la charge du joueur. Pour tout ce qui touche au médical, les tournois proposent leurs services. « J’ai un staff que je paie, poursuit le Sarthois. Au final, sur les 1,25 million de mon prize money, il doit m’en rester environ 508 000 €. Attention, c’est une somme exceptionnelle ! Mais le n° 8 mondial au tennis touche peut-être l’équivalent du 50e footballeur. J’estime ne rien voler à personne. Et je n’ai pas envie d’être résumé à un salaire. » 

Bon vu comme ça, on aurait presque envie de pleurer dans les chaumières. Il oublie toutefois les sponsors, qui sont son gros gagne pain, et qui, certainement continueront après la fin de sa carrière à lui demander de promouvoir les rasoirs machin, les bagnoles truc et les champoings, point !

Il y a aussi les garanties (les enveloppes versées aux joueurs pour s’assurer qu’ils viendront aux tournois) ; en fait un racket qui permet à des joueurs vedettes de bien graisser les épinards. Les grosses enveloppes passent de mains et mains, les joueurs parfois font qu’acte de présence et sont éliminés au deuxième tour, mais c’est bon pour le spectacle, les gradins sont remplis, le public en redemande, alors quoi ?
Bien souvent au niveau de nos joueurs franco/suisse, tous leurs frais d’hôtel, resto, sont pris en charge par l’organisation ; ce qu’ils ont à faire c’est se pointer, taper et taper et se casser avec un chèque plus ou moins important, parfois avec une grosse cylindrée ou des bijoux, cailloux et autres fanfreluches estampillées produits de luxe.

Je vais me répéter, mais une carrière surtout masculine va de 17 à 34 ans, donc, l’argument d’une carrière courte ne marche pas, d’autant, et ce sont les chiffres de 2011 ils engrangent grave nos tapeurs de balle, voici le classement du top 5 français:  1. Fabrice Santoro 10,2M$, Sébastien Grosjean 8,13M$, Jo-Wilfried Tsonga 7,24M$, Arnaud Clément 6,98M$, Cédric Pioline 6,9M$...[3] Mais il est vrai comme susurrait le Joe Wilfried, c’est moins que le 50ème footeux ; quant à comparer avec celui d’un médecin généraliste, personnage un peu plus vital de ce morveux parvenu ?  Ouais, 300 ans de labeur à entendre des patients gueuler 33, dites 33 ! Et dites vous juste pour bien vous mettre les boules qu’ils ont déboursés au pire sur ces revenus presque annexes, car, ils vivent de la pub ces ostrogots là, « que » des 1 quart de million par an d’impôts en suisse… C’est comme si vous, un célibataire gagnant 24.000 euros par an, vous paieriez que 20 ou 40 euros par année !!! Ouais !

Le pire en tout cela, c’est que le public va venir nombreux, la place la moins cher est à 30 euros par match, la plus chers à 220.  Ils vont s’entasser sur les gradins, et comme des bons cons vous entamer des marseillaises, ils vont battre des mains, baver de plaisir sur cet amortis, éructer sur cette faute injuste, et tutti ; le public est encore plus con que le pôvre mec qui passe sa vie à cavaler comme un idiot après une balle jaune… Triste époque !

 

Concluons, cons-cluont

 

En titre ce matin sur RMC sports : Gilles Simon membre de la belle équipée qui nous lobe : « Peur que notre public respecte trop Fédérer »…[4] Ce que cet olibrius veut nous faire entendre du haut de ses 2 neurones et demi c’est que le public aime Roger Fédérer sous toute les latitudes, c’est vrai que comme gendre idéal il se pose là ; toujours propre sur lui, la raie sur le coté et donc, en France il risque d’être applaudit… Il veut quoi le Gilles Simon qu’a pas inventé le fil en nylon des raquettes : un lynchage, des insultes, des crachats ?  Toujours lui : « Gilles Simon espère que le public lillois jouera un rôle déstabilisateur à l’encontre de… Roger Fédérer, adulé dans les stades du monde entier. Parfois j’ai un peu peur que notre public respecte trop un mec comme Fédérer et c’est ce qui me ferait le plus mal. Je voudrais simplement qu’il ait le même traitement que les autres. Parce que quand c’est Roger, il y a toujours une espèce de : Ah c’est Roger…»  Bref, non comptant d’être un gros mesquin de planqueur de magot, il est un petit jaloux qui voudrait que les français le « déstabilise » ce Roger, « le respect pas trop »… C’est une provocation au Djihad tennistique, une proposition terroristique ; un smash en coup bas ; vite sus à la suisse s’il en sut !

 

Voilà, « ce » qui va représenter notre pays… Je vous laisse déguster sur ce 30/40 avantage crétin (s) la balle de mâche !

 

Georges Zeter/Octobre 2014

 

PS : Perso, les tennismen je m’en contre balançoire, mais c’était juste pour causer un brin… Parce que, qu’est-ce qu’on s’emmerde !!!

 


Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents